×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Tramway de Casablanca
    Les premiers marchés adjugés

    Par L'Economiste | Edition N°:3033 Le 27/05/2009 | Partager

    . La maîtrise d’ouvrage confiée à un groupement hispano belgo-marocain. Le maître d’œuvre, un groupement franco-marocain . L’adjudication de la plateforme pour juin 2009 Le tramway n’est plus cette promesse ressassée sans lendemain. Bien au contraire, la société Casa Transport, maître d’ouvrage, passe à l’action. Après le lancement des travaux de déplacement des réseaux (cf. www.leconomiste.com), Casa Transport vient d’adjuger deux marchés importants: l’assistance à maîtrise d’œuvre et l’assistance à maîtrise d’ouvrage. Plus précisément, l’assistance à maîtrise d’œuvre revient à un groupement franco-marocain, en l’occurrence le groupe Systra-Systra Maroc-CID, dont le chef de file est un bureau d’études français. La société CID (Conseil d’ingénierie et développement) est un cabinet d’études marocain déjà présent dans le projet de tramway de Rabat et «grâce à l’expérience acquise, l’opérateur marocain a pu négocier pour avoir 35% du marché de l’assistance à maîtrise d’œuvre», a indiqué à L’Economiste une source proche du dossier.

    Critères de sélection
    Pour ce qui est de l’assistance à maîtrise d’ouvrage, c’est le groupement hispano-belgo-marocain Ayesa-Transurb Technirail-ADI, dont le leader est l’espagnol Ayesa, qui a remporté le marché. Mais toujours avec la présence dans le groupe d’un cabinet d’expertise marocain, à savoir l’ADI (Aménagement et développement industriel). La concurrence était très serrée. En fait, depuis le lancement des appels d’offres, le 26 mars 2009, cinq candidats ont remis, chacun, une offre pour ce qui est de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage. Il s’agit des groupements Egis Rail/Team Maroc/Transamo (français), Sener Ingenieria y Sistemas/Setec TPI/Setec Maroc (espagnol), Ferconsult/Globalvia/TechniprojetTP/Al Khibra (portugais), Ayesa/Transurb Technirail/ADI (espagnol) et Systra/Systra Maroc (français). En ce qui concerne l’assistance à la maîtrise d’œuvre, la compétition a mis aux prises quatre soumissionnaires. Ils sont plus précisément: Egis Rail/Team Maroc (français), Ferconsult/Globalvia/-TechniprojetTP/Al Khibra (portugais), Systra/Systra Maroc/CID (français), le groupement Ingerop Ingénierie et Consulting/Ingema/Coteba/Richen et Roberts/Groupe 3 architectes (français). Condition de participation et de validité pour tous les soumissionnaires: avoir un bureau d’études marocain. Que ce soit pour l’assistance à maîtrise d’ouvrage ou l’assistance à maîtrise d’œuvre. Les offres sont passées par le processus normal de la passation des marchés publics. D’abord, l’examen des offres administratives et techniques. Pour pouvoir atteindre l’étape de l’examen de l’offre financière, le candidat doit avoir une note de 60 points. «Pour les candidats ayant passé le cap des deux premières étapes, c’est le moins-disant qui est retenu sur la base d’une pondération de la note technique et financière», note une source proche du dossier. Et d’ajouter, «nos critères de sélection sont l’exigence de la présence d’un cabinet marocain dans le groupement candidat et la pondération des deux notes technique et financière avec une part plus importante pour la note technique, car il y va de la qualité de la prestation». Il faut aussi souligner que si le Maroc dispose de compétences en ingénierie des systèmes de transport, le maître d’ouvrage Casa Transport pourra envisager l’éventualité de recruter les profils nécessaires et adéquats. Car, en fin de compte, les missions à relever sont la conception d’études, l’aide à la rédaction des cahiers des charges, le suivi, le contrôle et l’orientation des adjudicataires futurs de la mise en place de la plate-forme voie ferrée. Marché à adjuger en juin 2009. «La condition sine qua non d’impliquer l’entreprise marocaine vise justement à lui baliser le chemin afin de lui permettre de réunir les conditions d’acquisition du savoir-faire nécessaire pour ce genre de gros travaux, comme le tramway et le transport en sites propres en général», indique notre source. Selon les prévisions de Casa Transport, les travaux proprement dits de la plateforme interviendront en octobre 2009. S’agissant du matériel roulant, les équipementiers les plus connus et qui auront certainement à soumissionner sont le français Alstom, l’espagnol Caf, le canadien Bombardier et l’allemand Siemens.

    Coût

    Pour le financement, la plateforme et la voie ferrée coûteront 2,5 milliards de DH, énergie, signalisation et billettique sont au prix d’un milliard de DH, le centre de maintenance absorbera un demi-milliard de DH et, enfin, le matériel roulant coûtera 2,4 milliards de DH. Pour tous ces marchés, le maître d’ouvrage a le choix entre un lot unique ou une multitude de lots. Procéder par lot unique a l’avantage d’avoir un seul interlocuteur. Des lots multiples (pour les stations d’énergie, aménagement, signalisation, etc.) accordent l’avantage de maîtriser le coût et les délais, «mais aussi d’exiger l’implication de l’entreprise marocaine dans toutes les étapes du chantier et pour tous les marchés à adjuger», insiste notre source. Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc