×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Trafic portuaire
    Nador West, TangerMed 2, les locomotives

    Par L'Economiste | Edition N°:3244 Le 31/03/2010 | Partager

    . Des projets structurants lancés en 2010. Un trafic de 66,6 millions de tonnes en 2010 contre 61,6 millions en 2009 Renversement de tendance pour l’activité portuaire au Maroc? En tout cas, les indicateurs que vient de publier l’Agence nationale des ports (ANP) sont pratiquement tous au vert pour les deux premiers mois de l’année. Ainsi, à fin février dernier, le trafic national s’est établi à 10,8 millions de tonnes contre 8,3 millions à la même période de l’année précédente (soit une hausse de 30,4%). Les importations se sont établies à 6,69 millions de tonnes contre 6,01 millions de tonnes pour la même période de l’année écoulée, soit une hausse de 11,4%. Quant aux exportations, elles repartent à la hausse et s’élèvent à 4,14 millions de tonnes contre 2,3 millions pour la même période en 2009, soit une augmentation de 82,7%. Toutefois, l’export est loin de rattraper l’import. Celui-ci continue toujours d’accaparer l’essentiel du trafic portuaire global puisqu’il représente 62% contre 38% pour l’export. Mais pour l’année 2010, les prévisions de l’ANP demeurent optimistes. Des projections qui tablent sur le lancement du port énergétique du complexe intégré, portuaire, industriel, énergétique et commercial dénommé Nador West Med. Un port qui sera construit sur la baie de Betoya, au niveau de l’estuaire d’oued Kert, à 30 km à l’ouest de Nador. Le coût de la composante énergétique est évalué à 4 milliards de DH, dont 300 millions de DH devront être mobilisés cette année. De plus, les travaux de réalisation du port de TangerMed 2 devront se poursuivre. Une infrastructure dotée d’une capacité nominale de 5 millions de conteneurs EVP. Ce qui portera la capacité globale de traitement du complexe de TangerMed à plus de 8 millions de conteneurs EVP. Le montant de l’investissement est de 9,3 milliards de DH. Par ailleurs, les travaux d’extension du port de Dakhla, dédié principalement à la pêche maritime, seront lancés courant 2010. Un investissement qui s’élève à 400 millions de DH. Autre projet qui viendra renforcer l’infrastructure portuaire en 2010, le 3e terminal à conteneurs au niveau du port de Casablanca. A noter également l’aménagement d’un port sec dans la région de Zenata, de la desserte nord ainsi que le dédoublement du viaduc du port de Casablanca. Le port de Jorf Lasfar, lui, verra la mise en service du terminal polyvalent et l’évolution du nouveau terminal qui atteindra sa vitesse de croisière. Le port de Sidi Ifni connaîtra le démarrage des travaux de construction d’un épi d’arrêt de sable. Cet ouvrage vise la prévention de l’ensablement de ce port et donc l’amélioration de ses conditions d’exploitation. Ces travaux coûteront 400 millions de DH. La migration de l’activité TIR et passagers du port de Tanger-ville vers le port de TangerMed sera opérationnelle à partir du mois d’avril prochain et contribuera donc au renforcement de l’offre portuaire. Se basant sur les tendances de l’activité des dernières années et les informations fournies par les différents clients et opérateurs portuaires, l’ANP table pour 2010 sur un trafic portuaire (hors TangerMed) de 66,6 millions de tonnes (soit une progression de 8,1% par rapport à 2009). Les céréales et les phosphates représenteront respectivement 4,9 millions (+3,1%) et 9,3 millions de tonnes (+48%). Hormis le port de Tanger-ville, dont l’activité est appelée à baisser d’environ 66,6% pour cause de migration progressive du trafic TIR vers le port de TangerMed en 2010, tous les ports du Maroc connaîtront une hausse des volumes des échanges.


    Moyenne

    L’analyse de l’activité portuaire au cours des cinq dernières années montre que l’année 2007 a enregistré le niveau de trafic maximum, avec un volume de 72,8 millions de tonnes. Tandis que 2009 a connu le niveau d’activité le plus faible au cours de cette période, avec une variation négative de 8,3% par rapport à la moyenne de ces cinq dernières années. La reprise attendue pour 2010 permettra de retrouver le niveau de trafic enregistré en 2008, tout en restant inférieur de 0,9% par rapport au pic enregistré en 2007.Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc