×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Trafic portuaire: L'eau potable fait la différence

    Par L'Economiste | Edition N°:204 Le 16/11/1995 | Partager

    Le cabotage d'eau potable à destination de Tanger continue de doper le trafic portuaire. La progression relevée à fin septembre dissimule une baisse des exportations d'agrumes, de primeurs et d'articles textiles notamment.


    Le trafic portuaire s'est élevé à 38.599.500 tonnes à fin septembre, marquant une hausse de 26,6% par rapport à la même période de 1994. Cette forte progression résulte en grande partie du cabotage de l'eau potable, dont le volume manipulé s'est établi à 6.380.175 tonnes. Sans ce trafic, souligne l'ODEP, l'augmentation globale n'est plus que de 5,6%.
    Avec 20.774.667 tonnes, soit près de 54% du total du volume traité, les importations ont enregistré une progression de 31,2% sous l'effet notamment des céréales, du charbon et de l'eau potable.
    Les exportations se sont chiffrées, elles, à 17.824.833 tonnes, soit 21,6% de plus que les neuf premiers mois de l'année précédente. En excluant le trafic d'eau potable, les exportations affichent une quasi-stagnation (-0,1%) en glissement annuel toujours.
    L'examen des mouvements de marchandises par groupe de produits met en exergue une légère baisse (0,4%) du trafic divers, les autres catégories ayant toutes enregistré une progression. Ce trafic a été affecté par les expéditions des agrumes et primeurs, en chute de 18,2%.
    Ainsi, les vracs solides ont totalisé près de 17 millions de tonnes suite à la hausse des céréales (56,1%), du charbon (66,1%) et du soufre (2,5%). Ces différentes augmentations ont en fait compensé la régression des trafics de phosphate (-2,2%) et des engrais
    (-0,6%).
    Pour leur part, les vracs liquides se sont accrus de 56,7% pour atteindre environ 16 millions de tonnes. Répartie à raison de 38,8% à l'import et de 93,6% à l'export, cette variation cache une baisse de 6,9% des hydrocarbures, qui a été couverte par les mouvements d'eau potable, d'amoniac (+7%) et, dans une moindre mesure, d'acide phosphorique (+0,8%).

    RoRo et TIR en baisse


    Concernant le trafic unitarisé, le rapport mensuel de l'ODEP fait état d'une amélioration de 6,3%, à 2.803.069 tonnes. Cette progression n'a pas profité à tous les postes de ce trafic, puisque seuls les échanges de marchandises par conteneurs se sont inscrits en hausse (+17% à un peu plus de 1,5 millions de tonnes). Les trafics roulier (RoRo) et TIR (transport international routier) auront donc fléchi de 4 et 2,3% respectivement à 1,29 et 1,09 millions de tonnes.
    L'évolution du trafic global par port reste toujours contrastée. Les taux de croissance observés à fin septembre oscillent entre 3,6% enregistré et 216,6%.
    Tirés en grande partie par le cabotage d'eau potable, les trafics des ports de Tanger et de Jorf-Lasfar ont bondi de 216,6 et 120,7% respectivement. Parmi les ports en hausse figurent aussi Dakhla (25,5%), Nador (13,2%), Laâyoune (5,1%), Safi (4,4%) et Casablanca (3,6%). Pour les ports en baisse, les taux varient entre
    -24,7% pour Kénitra et -3,4% pour Agadir.
    Pour ce qui est enfin du trafic passagers, le port de Tanger a vu transiter 1.177.528 personnes cette année contre 1.343.693 à fin septembre 1994.

    Hakima EL MARIKY


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc