×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Trafic portuaire : Baisse de 3,1% à fin avril 1995

    Par L'Economiste | Edition N°:181 Le 25/05/1995 | Partager

    La tendance à la baisse observée depuis le début de l'année par le trafic portuaire est en grande partie imputable aux hydrocarbures, phosphates et céréales.


    Pour les quatre premiers mois de l'année, le trafic ayant transité par les différents ports du pays a atteint 13,8 millions de tonnes, en recul de 3,1% par rapport à la même période de l'année écoulée. Toutefois, il est à noter un léger redressement. La baisse était de 8,2% pour le premier trimestre de l'année 95 comparativement aux trois premiers mois de 1994.
    Dans l'ensemble, les importations, en recul de 5,1% par rapport à l'année précédente, ont atteint 7,9 millions de tonnes, soit 52,8% du volume total des échanges. Les exportations ont quant à elles légèrement régressé de 0,8%, se fixant à 6,51 millions contre 6,56 millions de tonnes en avril 1994.
    Par groupe de produits, les vracs liquides ont chuté de 13%, passant de 4,6 millions de tonnes en 1994 à 4 millions au cours de cette année. Ils contribuent pour l'essentiel au recul enregistré. La seule hausse constatée dans ce groupe de produits concerne l'acide phosphorique qui a progressé de 11,3%, à près d'un million de tonnes. Les hydrocarbures, qui représentent le plus gros volume, ont reculé de 17,7%, n'atteignant que 2,8 millions de tonnes contre 3,4 pour l'année précédente. Quant aux autres vracs liquides et à l'ammoniac, ils ont respectivement dégringolé de 33,9 et 26,8%.

    En ce qui concerne les vracs solides, ils ont grimpé de 1%, passant d'un peu mois de 7 millions à 7,07 millions de tonnes. Par produit, le charbon a enregistré une hausse de 82,7%, à 697.768 tonnes. Pour les autres vracs solides, la progression est de 42,5%. De 734.679 tonnes en 1994, ils ont atteint un peu plus d'un million en 1995. Les céréales ont baissé de 19,1%, se fixant à 883.352 tonnes contre 1,1 million en 1994. Le phosphate, un des principaux produits d'exportation, est passé de 3,8 millions à 3,1 millions de tonnes, marquant un recul de 3,1%. Pour les engrais et le soufre, la régression est respectivement de 16,9 et 13,1%.
    Du point de vue des marchandises générales, le trafic est monté de 3,2%, à 2,7 millions de tonnes. La hausse a été soutenue par les conteneurs (+15,2%) et le trafic RORO (+6,5%). En revanche, les marchandises diverses ont marqué un recul de 3,5%, passant de 1,38 million de tonnes en avril 1994 à 1,33 million.

    De l'observation des données, il ressort que la majorité des ports ont traité un volume inférieur à celui de fin avril 1994. Kénitra a connu la plus forte baisse (-41,5%) alors que Mohammédia, par où transite une grande partie des hydrocarbures, reculait de 20,2%. Selon les services de l'ODEP, la situation de ce dernier s'explique pour l'essentiel par la baisse du pétrole brut (-18,5%) et du virgin naphta. Casablanca, qui traite la plus grosse part des échanges, a régressé de 6,6%, passant de 5,4 millions de tonnes à fin avril 1994 à 5,1 millions pour la même période de l'année en cours. Agadir, Nador et Tanger ont pour leur part reculé de 11, 7,9 et 5,2% respectivement. Contrairement à ce groupe en baisse, le trafic de Jorf Lasfar a progressé de 39,2% avec près de 2,3 millions de tonnes contre 1,6 million pour fin avril 1995. Pour Laâyoune et Dakhla, des ports de moindre importance pour ce qui est du volume manipulé, la progression est de 19,5 et 59,5%.
    A l'image du trafic marchandises, la baisse de celui des passagers "s'est intensifiée à fin avril pour s'établir à 4,7%", fait remarquer l'ODEP. Il n'a atteint que 289.126 passagers contre 303.525 en 1994

    Alié Dior NDOUR.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc