×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Tourisme/Marrakech
    Performance exceptionnelle en avril

    Par L'Economiste | Edition N°:3025 Le 15/05/2009 | Partager

    . +11% des arrivées dans les hôtels . Mais la crise n’est pas finie Depuis avril, les opérateurs touristiques de Marrakech ont retrouvé le sourire. Les visiteurs renouent avec la destination et les réservations sont prometteuses. Les statistiques officielles de l’Observatoire du tourisme le confirment. Un petit sondage auprès des unités de la ville touristique indique une hausse de 11% durant cette période. Une augmentation à mettre à l’actif du tourisme interne. Ce qui constitue une belle performance en cette période de crise. Car, paradoxalement, les arrivées à l’aéroport n’ont atteint, elles, que 4% de hausse. Vacances scolaires et animations ont porté leurs fruits. Ainsi, la ville a par exemple accueilli, durant le même week-end, le Grand Prix de course automobile, Caftan 2009, le festival Moonfest à Lalla Takerkouste et un meeting des chasseurs. Soit des milliers de personnes qui se sont ajoutées à la population de la ville. Les hôtels, maisons d’hôtes, auberges et résidence chez l’habitant ont affiché complet. «Développer l’offre en animation est le meilleur moyen de contrer la morosité internationale», affirme un professionnel de la place. Toutefois, il ne faut pas trop vite crier victoire car Marrakech n’est pas encore sortie de la crise. «Avril est vraiment exceptionnel», déclare un hôtelier. Les performances réalisées durant ce quatrième mois de l’année sont d’autant plus étonnantes que, depuis janvier, la tendance n’est pas à l’euphorie. Et quand Marrakech s’enrhume, c’est toute la destination Maroc qui éternue. Pour preuve, la baisse de 23% des recettes touristiques à fin février à l’échelle nationale et ce, justement parce que l’activité a reculé dans la capitale du tourisme marocain. Selon l’Observatoire du tourisme, les nuitées y ont chuté de 12%. Par marché émetteur, la Grande Bretagne a accusé le plus grand recul (-31%), suivie de l’Espagne (-20%). Mais la plus grosse inquiétude vient surtout du marché français, en régression de 10%. Des baisses qui ont affecté sérieusement les unités hôtelières de la ville. En effet, le taux d’occupation s’est stabilisé à 42% contre 57% en 2008. Par ailleurs, à fin mars, Marrakech a accueilli près de 342.000 touristes, en baisse de 8%. Ils ont enregistré 1,17 million de nuitées dans les établissements classés. Février a été catastrophique, les arrivés et les nuitées ont respectivement chuté de 12 et 18% dans les unités d’hébergement. A l’exception des 4 étoiles et résidences touristiques qui arrivent à garder le cap. B. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc