×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Tourisme: Opération séduction pour la Costa Del Sol

    Par L'Economiste | Edition N°:2763 Le 24/04/2008 | Partager

    . Des opérateurs espagnols en tournée au Maroc. Ils ciblent une clientèle aiséeFidéliser la clientèle acquise et séduire le plus de touristes potentiels. Tel est le credo de la délégation du patronat du tourisme de la Costa Del Sol, qui a tenu un workshop le 22 avril à Casablanca, après avoir fait escale à Marrakech. Au programme de sa tournée dans le Royaume figurent aussi Rabat et Tanger. A noter que cette opération de promotion touristique est la deuxième au Maroc, puisque les ambassadeurs de cette région espagnole avaient déjà effectué un parcours similaire.La virée au Maroc des opérateurs du tourisme de la Costa Del Sol s’inscrit dans une stratégie globale de promotion mondiale de la région. En atteste le propos d’Augustin Lomeña, directeur de la communication auprès du patronat du tourisme. «Nous avons régulièrement des équipes qui se déplacent à travers le monde, afin de faire connaître davantage notre région. Cette même opération s’est déjà déroulée en France. L’Italie sera la prochaine étape après le Maroc. «Costa Del Sol accueille des touristes en provenance de toute l’Europe, et a des liens très étroits avec le Maroc, au vu de leur passé commun» précise Lomeña. Dès lors, il est important pour les opérateurs touristiques de cette région de renforcer ces liens et d’inciter plus de touristes marocains à venir chez eux.Si l’Espagne était naguère une des destinations européennes préférées des Marocains, aujourd’hui, c’est moins le cas. L’exotisme oriental semble plus attrayant, puisque bon nombre de nos concitoyens choisissent de plus en plus de visiter la Turquie, la Tunisie ou l’Egypte, ou même des destinations plus lointaines, comme la Thaïlande ou la Malaisie. En plus des offres plus abordables et des packagings plus intéressants, pour certaines de ces destinations, la question du visa ne se pose même pas.«Ceci est un problème sérieux», admet Lomeña. Il reconnaît qu’il est de plus en plus difficile pour le touriste marocain moyen d’aller en Espagne. «Je pense que c’est lié à la question de l’immigration et des faux touristes qui s’installent en Espagne une fois arrivés sur place». Pour remédier à ce genre de désagréments, des négociations avec certains consulats auraient été engagées par les professionnels. La clientèle visée lors des workshops ne semble pas celle concernée par ce problème. En effet, les hôteliers présents à l’étape de Casablanca représentaient des établissements de luxe, offrant des services hauts de gamme, qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses. «Il est clair que la clientèle que nous visons doit être plutôt aisée», souligne Antonio Montejo Romero, du département tourisme de la mairie de Malaga. Rien d’étonnant à cela, quand on sait qu’en 2007, les dépenses effectuées par les 9,5 millions de touriste qui ont visité la province de Malaga a atteint plus de 4,2 milliards d’euros, soit plus de 48,6 milliards de DH.Adam BERRADA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]conomiste.com
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc