×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tourisme: Le produit «Désert» se positionne

Par L'Economiste | Edition N°:2908 Le 25/11/2008 | Partager

. La baie de Dakhla opérationnelle en 2014. Un investissement privé de 3 milliards de DHLA baie de Dakhla s’apprête à accueillir une nouvelle zone touristique. Le site identifié représente une offre à fort potentiel de développement. La baie est appelée à devenir un atout économique fondamental pour l’ensemble de la région. Un poumon pour le tourisme désertique (bivouacs, circuits en plus d’activités nautiques, surf, musée marin…). Des passerelles seront érigées avec la destination très prisée des Iles Canaries. Les deux offres ne s’inscrivent pas dans la concurrence, c’est plutôt une complémentarité entre deux produits à fort positionnement.Le projet sera développé sur une assiette foncière de 200 hectares extensibles. Le site pourra s’étendre jusqu’à 600 ha. Ce qui permettra de renforcer les capacités d’accueil, diversifier les programmes d’animation et drainer des investissements dans ce chef-lieu de la région Oued Eddahab-Lagouira.Au-delà des enjeux économiques, le choix du site a aussi une connotation politique. C’est un signal fort envers la communauté internationale dans un contexte de régionalisation enclenchée. Autre message en filigrane, la confiance qu’accordent de grands groupes internationaux à ce projet. Trois groupes ont en effet soumissionné pour la phase de présélection de l’aménagement et développement du site. Il s’agit en plus d’Alliances Développement Immobilier, de deux mastodontes mondiaux du tourisme: le Groupe russe Kudla (filiale de la multinationale Inteco) et l’égyptien Orascom Hôtel & Développement (une société spécialisée dans le développement de stations touristiques intégrées, notamment dans les milieux désertiques). La candidature d’Orascom a de sérieuses références. L’égyptien brandit la carte de l’aménagement de la station de Charm Al Cheikh. Il gère aussi l’aménagement de la Plage blanche.Un appel à manifestation d’intérêt a été, rappelons-le, lancé par le département du Tourisme. L’appel s’inscrit dans le schéma de développement touristique de la région Oued Eddahab-Lagouira. Après la phase de la manifestation d’intérêt, «nous entamerons l’appel d’offres qui devrait aboutir à la signature de la convention après évaluation des offres au cours du 2e trimestre 2009», annonce Omar Bennani, président du directoire de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT). Pour rappel, l’appel à manifestation pour l’aménagement de la baie a été lancé conjointement par la Smit (une structure chargée de la coordination et suivi des projets) ainsi que l’APDS (Agence pour la promotion et le développement économique et social).Une réunion d’admission des candidats ayant répondu à l’appel à manifestation d’intérêt a été tenue récemment au ministère du Tourisme. Les délais d’études et de développement de la station pour une première ouverture sont estimés à 4-5 ans. «La mise en service prévisionnelle est programmée pour 2014», prévoit le management de la Smit.


La station en chiffres

LA baie de Dakhla sera opérationnelle dans 5 ans. Le programme indicatif de cette station prévoit la mise en place de 1.000 chambres, 320 unités résidentielles en gestion hôtelière (RIPT) et 430 unités résidentielles.Concrètement, la réalisation de ce projet permettra à terme de créer une capacité d’accueil additionnelle totale de 5.000 lits dont 2.000 lits hôteliers, 1.200 lits résidentiels en gestion hôtelière et 1.750 lits résidentiels avec équipements sportifs, animation et loisirs… Un investissement privé de 3 milliards de DH. Au-delà de sa capacité litière, le site se distinguera par ses animations multiples: le cahier des charges prévoit une animation sous forme de golf du désert, commerces, parcs des jeux, spectacles, musée marin, centre d’escapades et aventures. Une fois opérationnelle, la nouvelle station devra créer pas moins de 5.000 emplois directs et indirects.A. R.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc