×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: Le Maroc malmené par la Turquie

Par L'Economiste | Edition N°:2797 Le 12/06/2008 | Partager

. Les îles Canaries, autre gros concurrent . 1,4 million de touristes pendant le premier trimestre Si l’heure est à l’union entre voisins, en matière de tourisme, c’est chacun pour soi. Aussi, la bataille fait rage entre les différents pays méditerranéens. Le Maroc est confronté à l’offensive des opérateurs canariens. En effet, le profil des îles Canaries, en termes de marchés émetteurs et d’atouts touristiques, en fait une destination concurrente à ne pas négliger, considèrent les observateurs. Car elle partage avec le Maroc une bonne partie de ses marchés prioritaires. Avec 2,7 millions d’arrivées contre 1,4 million seulement pour le Maroc enregistrées lors du premier trimestre 2008, nos voisins insulaires affichent clairement leur suprématie. D’autant plus que leur taux de croissance est toujours en progression soit 7% de plus que l’année dernière à la même date. Le Maroc a tout intérêt à doubler d’effort afin de fidéliser sa clientèle habituelle car les émules se font nombreux. Mis à part les îles Canaries, il faut compter la Tunisie, l’Egypte, la Turquie, la Croatie et Chypre. Malgré l’importante régression qu’a connue le marché national au mois de février dernier (10% de baisse de réservation), il s’est vite rattrapé et a enregistré une progression de 16% par rapport à l’année dernière à la même date. Le taux de croissance chez nos voisins tunisiens est beaucoup plus bas que le nôtre, il tourne autour de 6% seulement. La Tunisie affiche un million de touristes, pendant le premier trimestre 2008, se rapprochant ainsi du marché national. Mais en termes de revenus, les Tunisiens sont loin derrière. Le Maroc a réalisé 1 milliard d’euros de recettes contre 277 millions pour les Tunisiens. La concurrence devient, par contre, beaucoup plus rude, lorsqu’on se frotte au mastodonte turc. La Turquie mène la course avec ses 3 millions de touristes contre 2,5 l’année précédente avec un taux de croissance musclé, près de 15%. Pour suivre la cadence, le Maroc se doit de peaufiner ses prestations pour fidéliser sa clientèle et en gagner une nouvelle. Amira KHALFALLAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc