×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme international : L'OMT confirme la reprise du marché en 1994

    Par L'Economiste | Edition N°:156 Le 01/12/1994 | Partager

    Les projections de l'Organisation Mondiale du Tourisme laissent apparaître pour 1994 une augmentation des mouvements internationaux de touristes. Mais ces derniers, très prudents, se montrent encore peu dépensiers.

    L'organisation Mondiale du Tourisme prévoit que la croissance des arrivées internationales en 1994 atteindra, d'ici la fin de l'année, 3 à 4% par rapport à 1993. Ils étaient 500 millions de touristes à se déplacer de leur pays l'année dernière pour des recettes estimées à 304 milliards de Dollars.

    Malgré une nette amélioration des flux touristiques en 1994, le niveau des recettes devrait légèrement fléchir. Les touristes écourtent davantage leurs vacances et surtout empruntent des moyens d'hébergement plus économiques. En outre les tours opérators se livrent une guerre des prix sans merci pour reconquérir le marché. La multiplication des offres promotionnelles exerce une pression à la baisse sur les tarifs touristiques. Le montant des recettes devrait donc s'en ressentir. Même les touristes d'affaires, traditionnellement dépensiers, se montrent de plus en plus regardants.

    Quelques grandes tendances se dégagent des prévisions de l'OMT:

    - Les voyages internationaux en provenance des Etats-Unis, deuxième marché émetteur au niveau mondial, ont augmenté de 4,25%, avec près de 53,7 millions d'arrivées dans le monde entier. 20% des Américains voyagent chaque année à l'étranger. Les longues distances, particulièrement les voyages vers l'Europe et l'Asie de l'Est représentent plus de la moitié des destinations des Américains. La dépréciation du billet vert n'a pas du tout dissuadé les Américains à prendre des vacances.

    - L'Europe aura été le grand bénéficiaire de la reprise de l'activité touristique à l'échelle mondiale. Les Américains sont toujours très nombreux à s'y rendre, mais également d'autres touristes émanant de nouveaux marchés émetteurs, tels que la Corée du Sud, Taiwan, Singapour et Hong-kong.

    Sur le plan intraeuropéen, les voyages ont, d'une façon générale, accusé une stagnation. A l'exception cependant des flux Est-Ouest, et des destinations traditionnelles vers les pays méditerranéens, (Italie, Grèce, Espagne) qui ont vu leurs arrivées augmenter, les Européens ont préféré pour la plupart, des voyages sur de longs trajets par rapport à ceux à proximité de chez eux, indique l'OMT. L'Asie du Sud-Est et le Pacifique, les Etats-Unis et les Caraïbes sont les régions qui ont le plus attiré les voyageurs européens.

    Les régions de l'Asie de l'Est et du Pacifique s'affirment, selon l'OMT, comme de nouvelles destinations de prédilection pour les touristes. Les flux touristiques, qui y étaient déjà très importants l'année dernière, connaîtront une campagne exceptionnelle en 1994, avec une croissance à deux chiffres, souligne l'OMT. Le Japon reste cependant à l'écart de cette embellie, la très forte appréciation du Yen sur les marchés des changes ayant renchéri cette destination.

    Pour sa part, le continent américain commence à inverser la tendance négative de 1993. L'Amérique latine enregistre une croissance des voyages en provenance de la région. Quant aux Canadiens, "il ont, souligne l'OMT, décidé de passer leurs vacances chez eux cette année, en raison de la faiblesse de leur devise et des efforts efficaces réalisés pour promouvoir les voyages à l'intérieur du pays".

    Avec l'Europe, l'Inde a également bénéficié de l'accroissement de voyageurs internationaux. Le tourisme à destination du sous-continent a augmenté de 20% au cours des six premiers mois de 1994.

    Par ailleurs, l'Afrique a connu des résultats variables d'une sous-région à l'autre. Au Maghreb, la Tunisie a enregistré d'une bonne campagne touristique. Au Maroc, la reprise demeure pour l'instant timide et fragile, indique l'OMT.

    Les retombées de différentes rencontres internationales (signature de l'Accord du GATT, Sommet économique sur l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient) ne devraient se faire sentir qu'à terme.

    La clarification de la situation politique en Afrique du Sud a permis également à ce pays d'attirer d'importants flux de touristes. Il faut souligner qu'elle constitue en outre un pays émetteur.

    L'OMT se montre enfin optimiste quant à la région du Moyen-Orient. L'Organisation Mondiale du Tourisme semble anticiper des effets bénéfiques du traité de paix signé entre Israël et la Jordanie sur les déplacements vers cette région.

    L'Egypte et la Jordanie ont connu une chute des arrivées touristiques, en particulier pour le premier en raison de l'insécurité entraînée par les affrontements qui opposent les forces de l'ordre aux militants islamistes dans la Haute Egypte. D'une manière générale, la reprise de la croissance du tourisme en 1994, témoigne, selon l'OMT, "d'une confiance accrue des consommateurs dans toutes les régions du monde industrialisé. Les gens recommencent à voyager parce qu'ils pensent que la crise économique est bel et bien terminée".

    Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc