×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: Brainstorming à Paris sur Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:2237 Le 20/03/2006 | Partager

. TO français  et opérateurs marocains en conclave pour évaluer les tendances. La ville ocre maintient le cap C’est à Paris, le 15 mars, que les professionnels du tourisme français et marocains se sont donné rendez-vous pour un brainstorming sur le développement touristique à Marrakech. A l’ordre du jour, anticiper les tendances 2006-2007, sachant qu’actuellement, des marchés comme la Tunisie et l’Egypte connaissent des reculs sensibles. Ainsi, c’est toute une délégation conduite par le wali de la ville, Mounir Chraïbi, et le président du CRT, Abdelatif Kabbaj,  qui a présenté le plan d’action touristique de la ville. A la veille de la haute saison à Marrakech (mars-avril-mai), les opérateurs ont besoin d’en savoir plus sur les tendances notamment du premier marché émetteur. Avec les derniers évènements (crash,  grippe aviaire), les prévisions pour de nombreux pays sont alarmantes: en Egypte, par exemple, on parle d’une baisse de 50%. Paradoxalement, la destination Maroc se porte bien. Marrakech a même enregistré une légère croissance ces 3 premiers mois. Mais il n’en reste pas moins que la ville et le Maroc restent liés sensiblement au marché français. Ainsi, Marrakech devrait prospecter des marchés complémentaires. En effet, malgré les performances enregistrées les deux dernières années, avec une reprise des marchés espagnol, britannique, italien et autres,  la destination est quasi dépendante de l’Hexagone.Pour un tour-opérator (TO), la France reste un pays à fort potentiel pour le Maroc. Actuellement, seulement 60% des Français partent en voyage. Il reste donc 40% à conquérir. Encore faut-il que leurs besoins soient cernés. Car il existe une certaine psychose quant à une absence de sécurité. Aussi, les prescripteurs doivent jouer la carte de la sécurisation et de la confiance.Selon les statistiques du CRT (Conseil régional du tourisme), Marrakech accapare près de 60% des arrivées enregistrées par les six TO français les plus actifs au Maroc (Marmara, Fram, Jet Tours, NF, Club Med et Royal Tours). En 2005, ces derniers ont réalisé 617.600 voyages sur la destination Maroc, dont près de 363.000 sur  la cité ocre. Sans donner des chiffres, les professionnels français annoncent pour 2006 une bonne saison touristique. La rencontre de Paris a également été consacrée aux doléances et recommandations des TO quant au développement touristique de la ville. Les professionnels de Marrakech doivent ainsi donner des réponses à leurs préoccupations concernant les capacités hôtelières et aéroportuaires de la ville et les nouvelles zones d’investissement. «Les projets à venir devront être à forte valeur ajoutée pour consolider la destination sur le haut de gamme», estime cet opérateur. Et d’ajouter «qu’il faut hausser les prix pour une meilleure économie des entreprises de tourisme, qui induit logiquement un meilleur personnel».


Atlas-blue et Marmara

En marge du brainstorming sur le développement du tourisme à Marrakech, la compagnie aérienne Atlas-blue et le groupe français Marmara on signé un contrat de  partenariat commercial pour les quatre prochaines années. Marmara est en matière de volume le premier TO français opérant au Maroc avec 220.000 touristes en 2005 (cf. www.leconomiste.com).Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc