×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: Bons scores malgré les attentats

Par L'Economiste | Edition N°:1738 Le 01/04/2004 | Partager

. Ni le 16 mai ni le 11 mars ne semblent avoir affecté l'activité. Les attentats se sont banalisés, selon Douiri. Négociations avancées pour deux stations balnéairesSI l'intervention du ministre du Tourisme, Adil Douiri, s'articulait autour de la Vision 2010 et des chantiers réalisés jusqu'à présent, l'assistance se préoccupait essentiellement de la série d'attentats qui ont frappé le monde ces derniers mois. A la traditionnelle réunion mensuelle de la section casablancaise du Rotary International, mardi dernier, qui avait pour invité d'honneur Douiri, les débats se sont focalisés sur les incidences des événements internationaux. Sans grande surprise par ailleurs. Les dizaines de morts de Madrid qu'a engendrés le dernier attentat, la proximité du Maroc avec la péninsule ibérique, l'implication de ressortissants marocains ainsi que les incidences sur l'image du pays n'ont pas manqué de susciter diverses interrogations. Mais Douiri, rompu à ce genre de préoccupations, n'a pas semblé inquiet outre mesure. Non pas par rapport aux statistiques disponibles qui ne font pour le moment état d'aucun fléchissement notable, mais davantage concernant la “banalisation du terrorisme”. “Je déplore certes ces actes inhumains mais constate par ailleurs que ce fléau et les chocs qu'ils sont censés causer n'ont plus le même impact”, a souligné Adil Douiri. En effet, toute répétition, et quel que soit le domaine concerné, entraîne une banalisation de l'événement. Les attentats terroristes n'ont pas échappé à cette règle. Même s'il faut préciser que leur impact sur l'activité touristique est très différent d'un pays à l'autre. Quelle sera l'ampleur des attentats de Madrid sur l'activité touristique de cette destination, une des plus importantes à l'échelon mondial? Comment réagiront les principaux marchés émetteurs, notamment l'Allemagne et la France? A l'occasion de l'inauguration officielle du Salon International de Berlin, le 12 mars dernier, au lendemain des attentats de Madrid, le maire de la capitale germanique, devant le gotha mondial du tourisme, appelait à “continuer à voyager en Espagne et ne surtout pas tomber dans le piège des terroristes”. Les incidences de tels actes sur l'activité touristique sont donc aussi tributaires de la volonté politique des marchés émetteurs. Pour le Maroc, ceux-ci n'auraient, selon le ministre du Tourisme, exprimé aucune inquiétude. Cela ne signifie pas pour autant que la prudence ne doit pas être de mise. “Un des principaux challenge en 2004 sera d'atténuer le décalage entre le taux de remplissage et le rythme des investissements”, explique le ministre du Tourisme. En effet, la concession des stations balnéaires entrant dans le cadre du Plan Azur qui fournira les capacités litières nécessaires à la réalisation des objectifs de la Vision 2010 (230.000 lits) s'est déroulée dans “de bonnes conditions jusqu'à présent”. Selon lui, la réalisation de ces capacités doit correspondre à “l'arrivée d'un nombre déterminé de touristes”. La station balnéaire d'El Jadida devrait ainsi être “prochainement concédée”. Les négociations seraient en phase finale avec l'aménageur- développeur de Sun City en Afrique du Sud. “Si ces négociations aboutissent, le Maroc disposera d'un des plus importants sites d'animation dans le monde”, ajoute Douiri. La station de Lixus à Larache, dans le Nord du Maroc, devrait également être concédée au cours des prochaines semaines. Seule celle des Plages Blanches située à Guelmim n'a pas encore trouvé preneur ni même enregistré l'intérêt d'un investisseur. Pour 2004, le département en charge du tourisme préfère ne pas établir de prévisions exactes. Elles demeurent tributaires d'aléas à la fois nationaux et internationaux.


Début 2004 satisfaisant

ESTIMER que les attentats du 16 mai de Casablanca allaient entraîner l'effondrement de l'activité touristique nationale était une erreur. Pour preuve, les statistiques fournies par le département du Tourisme. La période allant de janvier à février 2004 a enregistré une amélioration . Le nombre de nuitées réalisées au niveau des hôtels classés a augmenté de 11%, s'établissant à 1.780. 000 à l'échelon national. C'est Agadir qui tient le haut du classement avec 605.000 nuitées suivie par Marrakech ( 557.000) et Casablanca (147.000). En termes de taux d'occupation, cela correspond à 51% pour Agadir, 49% pour Marrakech et 47% pour Casablanca. Ce début d'année permet, selon le ministère du Tourisme, “d'entrevoir des prémices d'une reprise de l'activité touristique au Maroc puisque les 5 premières destinations nationales affichent des hausses de leurs nuitées de l'ordre de 11% pour la destination Maroc”. Il faut par ailleurs noter que les arrivées de touristes espagnols progressent de 82% et quadruplent à Fès et à Marrakech. La France, premier marché émetteur, continue sa progression avec une augmentation de ses nuitées de l'ordre de 19%.Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc