×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme 2005: Le cap des 15 millions de nuitées franchi

Par L'Economiste | Edition N°:2211 Le 10/02/2006 | Partager

. Les Français en représentent presque la moitié . Les nationaux les talonnent, suivis par les Allemands et Anglais2005 a été une année exceptionnelle quant à ses performances touristiques. Avec 15,2 millions de nuitées, elle dépasse de 1,7 million la performance historique de l’année 2000. A titre d’illustration, la ville de Marrakech a réalisé un taux d’occupation de 70%. Une performance jamais réalisée auparavant et qui a mis à l’épreuve ses capacités d’hébergement. En peu de temps, en effet, la ville qui enregistrait 40% d’occupation, a presque doublé ce chiffre. Globalement, la variation de nuitées par rapport à 2004 est de 16%. Ce sont toujours les touristes français qui sont à l’origine de ce pic, avec une progression de 19%, générant environ 1 million de nuitées additionnelles par rapport à 2004. Ils représentent 41% des nuitées enregistrées en 2005, tous marchés émetteurs confondus, avec 6,2 millions de nuitées. La performance de 2005 est également à l’actif du tourisme interne, qui vient en deuxième position avec 2,9 millions de nuitées. Il aura quand même réalisé une évolution de 3% par rapport à 2004. D’où l’intérêt à accorder plus d’importance au touriste marocain qui commence à s’intéresser aux offres des TO nationaux. En effet, la stratégie de promotion du tourisme interne vise 6 millions de nuitées à réaliser dans les établissements touristiques classés en 2010. Toutefois, cette stratégie peine encore à trouver la bonne formule pour drainer encore plus de touristes marocains qui contrairement à ce que l’on croyait, dépensent beaucoup en vacances.Le marché allemand, quant à lui, occupe la troisième position avec 6% des nuitées, la même part qu’en 2004 et la moitié de sa performance en 2001. En effet, les touristes allemands dont la ville d’Agadir est la destination de prédilection, s’y rendent de moins en moins. Les excellentes performances des autres principaux marchés, particulièrement le Royaume-Uni, avec 52% de nuitées supplémentaires par rapport à 2004 (6% du total des nuitées), est un élément de compensation. En effet, durant le mois de novembre dernier, Marrakech a accueilli le Congrès des voyagistes anglais avec 2.000 participants. A côté des Français, les touristes anglais étaient à l’origine de la hausse de 10% des nuitées au mois de décembre dernier par rapport à la même période en 2004. Les marchés espagnol et belge viennent après, avec une hausse par rapport à 2004 de 25% respectivement. En 2005, le taux d’occupation des chambres dans les établissements d’hébergement classés s’est amélioré de 4 points par rapport à 2004, en passant de 43 à 47%. Sur l’ensemble de l’année 2005, Marrakech affiche le taux d’occupation le plus élevé avec 5,3 millions de nuitées. Même au mois de novembre, période de basse saison, la ville ocre a enregistré des arrivées de 102.000 touristes et près de 400.000 nuitées. Elle est talonnée par Agadir (58%), Rabat (51%), Casablanca (50%) et Tanger (48%).


Ouverture du ciel

APRÈS une période de repli entre 2001 et 2003, due au recul de l’activité touristique mondiale, le marché marocain a su se ressaisir à temps. Les bonnes performances de 2004 (+18%) et 2005 (+16) l’attestent. Cette dynamique connaîtra sa vitesse de croisière avec la concrétisation des six grands projets de stations balnéaires dont le budget est de 40 milliards de DH. Ainsi, à la fin du mois de février, l’aménageur attributaire de la station Taghazout à Agadir sera connu. Le processus d’attribution de la station Plage Blanche à Guelmim, sera lancé au cours de l’année 2006. Vers la fin de la même année, la station Saïdia connaîtra l’ouverture de son premier hôtel. Par ailleurs, l’ouverture du ciel permettra une adéquation entre le nombre de lits disponibles et de sièges d’avion. En 2005, les marchés stratégiques du Maroc, sur lesquels se concentre l’effort de distribution du produit et de densification des liens aériens, ont affiché une progression globale de 20%, en termes de nuitées.Mustafa BENTAK

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc