×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Tourisme

Par L'Economiste | Edition N°:61 Le 07/01/1993 | Partager

C'est désormais une tradition. Chaque année, "Saint-Sylvestre" porte bonheur aux hôtels qui organisent le réveillon. Le taux de remplissage pour la nuit du 31 Décembre 92 varié. cette année, entre 5 et 100%. A Marrakech, Agadir, Rabat et Casablanca, les hôteliers expriment leur satisfaction: "J'ai fait le plein. J'ai du même refuser des gens". A l'origine, ce succès se prépare, deux mois à l'avance, par le truchement des tours-opérateurs et l'effort commercial des hôtels.

En Europe, les T-opérateurs commercialisent le produit-réveillon à destination des marchés étrangers, en étroite collaboration avec les hôtels. L'effort est davantage mis sur la semaine du 26 Décembre au 3 Janvier, que sur celle allant du 19 au 25 Décembre. "Noël est plutôt une fête familiale. Les européens préfèrent la célébrer chez eux. Par contre, ils ont tendance à voyager pendant la semaine de la Saint-Sylvestre", note un directeur d'hôtel à Marrakech. Les T-opérateurs négocient, début Octobre, des contrats avec des groupes de touristes à qui l'on propose de réserver en même temps. chambres et dîners de gala de fin d'année.

Avec deux mois d'avance, les dirigeants des hôtels connaissent déjà leur "état de vente" et décident, le cas échéant, d'organiser ou pas des promotions à l'attention du marché local. Le Tikida de Marrakech, dont la clientèle est à 95% étrangère n'a pas déployer d'effort particulier sur le marché national, car l'essentiel des réservations était déjà effectué pour le compte d'étrangers.

D'ailleurs, sur les quatre points de vente proposés, c'est le "restaurant international", qui a réalisé le score de 100%. La clientèle, essentiellement européenne, comprenait des touristes italiens, espagnols, allemands et français. Ce marché s'essouffle par ailleurs.

A Agadir, le "plein" a été réalisé essentiellement par des touristes belges, allemands, irlandais. Le marché scandinave, émetteur traditionnel de la ville d'Agadir, a confirmé, à l'occasion du réveillon, sa morosité. explique Mme Belghiti. responsable de la réservation et du commercial à Club Salam d'Agadir. Pour son premier réveillon, l'hôtel Jnane Palace de Fès a gagné son pari.

Avec un forcing promotionnel et un slogan peu ordinaire: "Fêtes de fin d'année: Et pourquoi pas Fès?", l'hôtel a réalisé dans la salle de réveillon et la discothèque, respectivement, des taux de 80 et 100%. La clientèle était à 60% étrangère. Selon M. Farid Lahlou. Directeur-adjoint de l'hôtel, "le réveillon était une occasion pour faire une promotion pour l'hôtel en direction du marché national". A Rabat. "la nuit des stars" du Hyatt de la ville a tenu ses promesses.

A.Z.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc