×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Touche pas à mon enfant
Les grands projets de l’association

Par L'Economiste | Edition N°:2374 Le 03/10/2006 | Partager

. Création d’un centre de jour à Marrakech. Différents objets seront mis aux enchèresAffaire des pédophiles allemands d’Agadir, arrestation d’une personnalité du monde culturel français en compagnie d’un mineur à Marrakech... Aujourd’hui, le tabou est brisé, et les affaires de pédophilie sont de plus en plus médiatisées. Et ce, grâce à l’association Touche pas à mon enfant (TPAME) qui lutte pour sensibiliser les enfants et les parents à ce phénomène. Et pour promouvoir les activités de TPAME, une grande soirée de gala sera organisée le 3 novembre prochain à la Plage rouge à Marrakech (le dîner sera assuré par les Frères Pourcel qui viennent de France). Cette soirée vise à récolter des fonds pour la création d’un centre de jour à Marrakech (au profit de TPAME) qui devrait nécessiter une somme de 200.000 DH pour le démarrage. L’organisation de cette soirée caritative a été confiée à Anne de Lanaoue et à Christophe, qui travaillent pour l’association. A noter que Sophie Davant et Bernard Montiel (animateurs de la télévision française) comptent parmi les VIP qui seront présents à l’occasion. Ils organiseront d’ailleurs une vente aux enchères pour récolter des fonds pour l’association. Différents objets appartenants à des personnalités artistiques, journalistiques et sportives seront mis en vente afin de permettre la création de ce centre de jour. La participation d’Alain Prost (pilote automobile français) et de David Douillet (judoka français) est également annoncée. Il est à signaler qu’un chèque sera remis à l’association (bureau de Marrakech) à la Plage rouge lors du prochain Festival du film de Marrakech au mois de décembre. Par ailleurs, l’association Touche pas à mon enfant a mis sur pied plusieurs activités en 2005/2006. Il s’agit notamment de la mise en place d’un protocole de prise en charge des victimes (phase pilote) avec les autorités et les services de santé (partenaires nationaux et internationaux). TPAME a démarré également sa collaboration avec l’Association marocaine des droits humains (AMDH) de Marrakech et son bureau national, en sus des organismes internationaux. D’autres chantiers ont été également réalisés, outre la mobilisation d’Avocats et de Médecins. L’association vise aussi la création et l’implémentation du programme Grand-frères et soeurs et la création des Anges gardiens des enfants de Marrakech et de La Halqa des enfants. Elle vise aussi la création d’une ferme pédagogique centre de réadaptation des victimes. TPAME compte rejoindre Ecpat International fin 2006 (un réseau international d’organisations ayant pour objectif d’éradiquer la prostitution enfantine, la pornographie enfantine et le trafic d’enfants à des fins sexuelles).L’association organise aussi des campagnes de sensibilisation dans les colonies de vacances et les écoles à la demande du corps enseignant et des élèves. TPAME organisera prochainement un colloque sur le thème «Agir contre l’ASE (abus sexuels) et l’exploitation sexuelle des enfants à des fin commerciale (ESEC).»


Ce procès jugé en 1ère instance

L’Association Touche pas à mon enfant a été fondée par Najat Anwar en 2004. Elle s’est constituée partie civile dans 11 affaires d’abus sexuels sur mineurs en 2005 et dans une quinzaine de procès cette année. Sept procès ont déjà été jugés en première instance, et le reste est en cours. La répartition des dossiers par nationalité confirme que les «pédotouristes» ne sont pas les seuls à sévir sur le territoire national. Plusieurs pédophiles marocains se retrouvent également dans le box des accusés (cf. www.leconomiste.com, édition électronique du 10/5/2006). Aujourd’hui, des victimes osent briser le silence et portent plainte.F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc