Economie

Tomates: Les exportateurs cherchent d'autres marchés

Par L'Economiste | Edition N°:249 Le 10/10/1996 | Partager

Les marchés de l'UE verrouillent de plus en plus leur accès. La diversification est donc devenue un impératif pour les professionnels. Pour cette campagne, les prévisions d'exportation de la tomate tablent sur une hausse de près de 18%.

LA tomate devra augmenter ses tonnages à l'export pour cette campagne. En effet, la SASMA prévoit un volume de 189.976 tonnes contre 160.000 en 1995/96, soit une augmentation de l'ordre de 18%. Ces prévisions établies, rappellent les experts de la SASMA, représentent le potentiel export et "tout dépend des modalités d'exportation sur le marché européen, mais surtout de la conjoncture et des prix, ainsi que des conditions climatiques", ajoutent les membres de l'ASPEM.
De petites expéditions ont déjà commencé sur les marchés étrangers. Cependant, précisent les professionnels, l'Union Européenne demeure encore "lourde par les productions locales vu les bonnes conditions climatiques actuelles. Les Espagnols approvisionnent aujourd'hui les marchés avec des arrivages de 400 à 600 palettes par jour".
Pour l'heure, le contingent global des exportations marocaines de tomates sur l'UE, concessions accordées dans le cadre de l'accord d'association, est de 150.676 tonnes, d'octobre à mars. Il est à rappeler qu'un règlement portant sur un contingent de 5.000 tonnes de tomates marocaines, prenant effet du 1er au 31 octobre , vient d'être publié au Journal Officiel des Communautés Européennes. Ce règlement concerne les contingents tarifaires communautaires de certains produits originaires du Maroc.

Fragiliser les échanges

Ce contingent, est-il précisé, n'a pu être pris en compte en 1995 en raison du décalage entre la date d'approbation de la mesure et la période de réalisation de l'importation.
Aujourd'hui, la principale préoccupation des professionnels demeure concentrée sur les nouveaux règlements communautaires, en vigueur depuis le 1er septembre(1). Il s'agit ainsi de la mise en place des mécanismes de la clause de sauvegarde spéciale et du certificat d'importation pour un certain nombre de fruits et légumes en provenance de pays tiers. Concernant la tomate, le règlement CE n°1.557/96 fixe le volume de déclenchement de la clause de sauvegarde pour la tomate à 59.923 tonnes du 1er octobre au 31 décembre 1996, "soit un niveau inférieur au seul contingent autorisé pour le Maroc, sachant que notre pays n'est pas l'unique origine exportatrice de tomates sur l'UE", rappellent les membres de l'APEFEL.
Pour l'ensemble de la profession, cette disposition est perçue plus comme "un instrument de stratégie commerciale que comme un instrument de régulation des flux". Ce verrouillage, ajoutent-ils, fragilise et déstabilise le cadre des échanges entre le Maroc et l'UE. Depuis l'instauration de ces mesures, des réunions entre la profession et le Ministère de tutelle se sont succédé. Une délégation officielle devra prochainement se rendre à Bruxelles pour la négociation du dossier.

Opérations cargo et containers

Si l'Europe "ferme peu à peu ses portes", la diversification des débouchés devient donc impérative pour les professionnels. Des efforts sont aujourd'hui déployés avec pour objectif de placer un maximum de tonnages sur les marchés autres que ceux de l'UE. Ainsi, l'opération cargo sur le Canada, qui a démarré pendant la dernière campagne, continue. Les expéditions ont atteint, en 1995-96, 2.500 tonnes. "Nous prévoyons un doublement des tonnages sur ce marché", indiquent les membres de l'APEFEL. De plus, cette opération cargo sera cette année renforcée par une opération container. Les exportations réalisées sur ce marché sont accompagnées d'une aide financière de l'Etat. Ainsi, l'Arrêté portant aide à la promotion des exportations de produits agricoles par voie aérienne du 5 août 1996 et publié au BO du 19 septembre 1996, prévoit une aide qui "sera réduite progressivement jusqu'à son élimination totale", selon un calendrier établi. Cette aide est de:
- 4 DH/kg du 1er octobre 1996 au 30 avril 1997;
- 3 DH/kg du 1er octobre 1997 au 30 avril 1998;
- 2 DH/kg du 1er octobre 1998 au 30 avril 1999;
- 1 DH/kg du 1er octobre 1999 au 30 avril 2000.
Outre cette destination, des efforts de prospection au niveau des Etats-Unis et des pays scandinaves, notamment, s'intensifient. Des participations à différentes foires organisées dans ces pays se multiplient également. Les marchés de l'Est figurent aussi parmi les opérations initiées par les groupes exportateurs marocains. Il en est ainsi de la Russie, marché sur lequel les premières exportations de tomates marocaines ont démarré en 1993-94 avec 250 tonnes.
En 1994-95, les tonnages ont atteint 3.100 tonnes et 4.100 tonnes en 1995-96. De petits tonnages sont également réalisés sur la Tchécoslovaquie actuellement à hauteur de 2.000 tonnes ou la Pologne avec des exportations de 1.500 à 2.000 tonnes par an.

M.O.

(1) Cf L'Economiste du 12 septembre 1996.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc