×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tomates: La campagne 2005-2006 est lancée

Par L'Economiste | Edition N°:2132 Le 18/10/2005 | Partager

. 250 tonnes par jour expédiées . Le quota alloué est de 223.000 tonnes. Production globale estimée à 705.000 tonnes Les primeurs marocains partent de nouveau à l’assaut des marchés européens. Les exportations de tomates viennent de démarrer, mi-octobre. Selon Ahmed Mouh Mouh, opérateur du secteur dans le Souss, les expéditions ont débuté avec une cadence de 250 tonnes/jour. Une moyenne que les exportateurs maintiendront jusqu’à la fin du mois, de manière à ne pas dépasser le quota de 10.600 tonnes octroyé pour octobre dans le cadre de l’Accord d’association entre l’Union européenne et le Maroc. Au total, le quota global alloué a été fixé à 223.000 tonnes pour la campagne 2005-2006. Pour rappel, au cours de la précédente période d’expédition, le Maroc a exporté, toutes destinations confondues, quelque 236.371 tonnes de tomates. Si ce n’était le frein du quota, les volumes exportés de tomates auraient été plus importants, d’autant plus que, durant toute la campagne, les cours étaient relativement satisfaisants. De l’avis de Mouh Mouh, la filière aurait pu expédier 30.000 à 40.000 tonnes de plus. Pour répondre à la demande de la nouvelle campagne, les agriculteurs ont travaillé dur cet été. Au cours de cette période, «près de 80% des semis ont été plantés au mois d’août», précisent les producteurs. Ce sont 5.850 ha qui ont été semés soit 6% de plus que la campagne précédente. Pour Mouh Mouh, cette augmentation est normale et peut même être considérée comme «faible». Cette situation est due aux coûts de production de plus en plus élevés. Il faut ajouter la problématique de l’eau qui affecte la croissance du secteur notamment dans le Souss Massa, première zone de production et d’exportation. Cela n’empêchera pas une petite hausse de la production lors de la campagne 2005-2006 comparativement à 2004-2005. La production globale devrait s’établir cette année autour de 705.000 tonnes contre 670.000 lors de la campagne précédente. Selon les professionnels, cette évolution de la production s’explique, entre autres, par l’introduction d’une nouvelle variété de tomate, la «Calvi», une espèce plus résistante au froid. Celle-ci se caractérise également par une forte productivité. C’est à la mi-novembre que se situera le gros de la production. De la troisième semaine d’octobre à début novembre, les opérateurs s’attendent à un creux dans la production. Les raisons invoquées sont les fortes chaleurs de septembre dernier qui ont perturbé la nouaison et la croissance des premiers bouquets aussi bien des plantations extraprécoces que des autres. De toute manière, cela n’affectera pas le marché national. Les disponibilités pour cette période de Ramadan s’élèvent à 64.000 tonnes environ.


Le Souss, «fief» de la tomate

Sur les 236.371 tonnes de tomates expédiées au cours de la campagne 2004/2005, le Souss en a fourni 230.535 tonnes. La région est ainsi considérée comme la première zone d’exportation de primeurs et notamment de tomates. A noter que la production nationale de primeurs a évolué avec un rythme annuel de 6% entre 1996 et 2003 contre 8,8% de 1990 à 1995 et 4,7% de 1980 à 1987. La part des primeurs dans les cultures maraîchères a connu une augmentation moyenne de 19,5% de 1996 à 2003, grâce au développement des cultures sous-serres.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc