×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Timor: Les résultats du référundum pas avant une semaine

    Par L'Economiste | Edition N°:585 Le 01/09/1999 | Partager

    · Le processus d'indépendance, si les résultats l'approuvent, pourait être retadré

    La population du Timor Oriental a massivement participé lundi à une consultation lui permettant de choisir entre rester au sein de l'Indonésie ou accéder à l'indépendance. Les résultats de ce vote, repoussé à deux reprises pour cause de sécurité insuffisante, ne seront pas connus avant une semaine mais l'impressionnant courage et la détermination manifestée par la population permettent de penser que le glas de l'occupation indonésienne a sonné. «Quel que soit le résultat, l'aigle de la liberté a déployé aujourd'hui ses ailes sur le peuple du Timor Oriental et, si Dieu le veut, rien ne pourra plus l'arrêter», a déclaré en fin de journée le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies. Selon les projections de l'ONU, le taux de participation devrait atteindre près de 90%. Un résultat qui, à lui seul, constitue une cinglante défaite pour les milices pro-indonésiennes qui avaient décidé que la consultation n'aurait pas lieu ou ne serait pas significative.
    Après certification par la commission électorale composée de trois juges indépendants, les résultats seront communiqués à M. Koffi Annan qui les annoncera simultanément aux gouvernements indonésien et portugais.
    Toutefois, l'annonce des résultats, même si le refus de l'intégration à l'Indonésie l'emporte, ne signifiera pas pour autant la proclamation immédiate de l'indépendance. Aux termes de l'accord signé le 5 mai dernier entre l'Indonésie et le Portugal sous les auspices des Nations Unies, le gouvernement indonésien devra soumettre à l'Assemblée du Peuple le texte de loi annulant «l'intégration» de l'ancienne colonie portugaise à l'Indonésie. Dans le climat politique actuel à Jakarta et avec l'élection présidentielle également à l'ordre du jour de la session de l'Assemblée, le processus n'est peut-être pas acquis d'avance. Côté perturbations de la sécurité, moins d'une douzaine d'incidents ont été rapportés. Le plus grave a eu lieu dans l'Ouest du territoire où un employé local des Nations Unies a été tué par des miliciens l'accusant de partialité en faveur des indépendantistes.

    Hicham RAÏQ (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc