×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

TI/Marrakech
Les universités investissent la R&D

Par L'Economiste | Edition N°:2808 Le 27/06/2008 | Partager

. HP tient son 15e atelier à Marrakech. Al Akhawayn, acteur de taillePour sa 15e édition, Helwett Packard (HP) software a choisi de tenir son atelier à Marrakech, comme signe de reconnaissance aux efforts entrepris par les universités africaines au niveau de la recherche dans les TI. 30 universités membres y ont participé. Elles constituent un réseau global pour les universitaires en gestion informatique et disciplines apparentées. L’objectif est de partager les expériences en matière d’enseignement et de conception de la recherche. Ce réseau a démarré il y a 10 ans avec seulement trois universités (Toulouse, Londres et une en Allemagne) et dispose aujourd’hui d’un panel comprenant des universités en Chine, au Canada, USA et Afrique. Il a été créé à l’initiative de HP, et plus particulièrement de son département recherche et développement (R&D) auquel le constructeur américain consacre 3,5 millions de dollars annuellement. «Dans le monde universitaire, nous avons fait nos preuves. Nous fournissons aux universités les toutes dernières mises à jour de nos activités ainsi qu’un lien direct vers l’industrie, les laboratoires de recherche et les divisions produits HP», insiste Abdeljabbar Boulmakoul, directeur de recherche à HPLabs. Et d’ajouter: «L’innovation ouverte consiste à mettre en évidence le travail de nos propres chercheurs afin que les résultats aient plus d’impact pour tous les acteurs impliqués». Et, justement, l’atelier de 2008 est organisé en partenariat avec l’université Al Akhawayn, moyennant une liste impressionnante de présentations. Durant trois jours, il a été riche en démonstrations sur plusieurs questions touchant la gestion des systèmes informatiques. Par ailleurs, les thèmes de cette année se sont focalisés sur l’assurance qualité, l’automatisation des data centers et la veille économique. Des thèmes complètement en phase avec l’offre de solutions TIC à travers le monde et également en Afrique, tient-on à préciser. «Le fait d’avoir, pour la première fois, des universités africaines qui représentent le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, le Nigeria et l’Ouganda, démontre la portée globale de HP-SUA. Il s’agit ici d’un moment clé vers le renforcement et l’amélioration de la communication inter-universités, le réseautage et le partage des bonnes pratiques.»Pour le vice-président d’Al Akhawayn, Amine Bensaïd, il s’agit d’un accord gagnant-gagnant: «L’université répond à son défi de recherche et les laboratoires tentent d’identifier les meilleures opportunités dans un pays, et, pourquoi pas, dénicher des profils.»Une fois que l’application est mûre pour la commercialisation, tout dépend des contrat passés avec HP. Les gains d’un brevet identifié par des universitaires seront répartis selon un contrat entre les laboratoires HP et les universitaires.


La plate-forme Al Akhawayn

Il s’agit d’un complexe triangulaire de compétences qui regroupe les trois universités d’Ifrane, Fès et Meknès. Dans l’objectif de mener un grand projet de R&D. Pour rappel, quatre domaines ont été identifiés: nanomatériaux, nanotechnologie, biotechnologie, TI et environnement et énergie. Des choix dictés par les ressources disponibles et les enjeux du développement durable. B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc