×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Textile: L'opportunité catalane

Par L'Economiste | Edition N°:1527 Le 28/05/2003 | Partager

. L'Amith vient de conclure le projet «coopérer pour avancer« avec les opérateurs de cette région. Plusieurs objectifs: développement des relations bilatérales, respect de l'environnement, formation, systèmes d'informationPour l'Association marocaine des industries du textile et de l'habillement, le travail continue malgré les tragiques événements qui ont perturbé le Maroc. En effet, les 19, 20 et 21 mai, l'Amith a reçu la Copca, le consortium de promotion commerciale de la Catalogne, une délégation pilotée par la Fédération de la maille catalane, et comprenant le Cetex (centre d'innovation textile catalan), le Leitat (centre de l'environnement), le Cetemmsa (centre technique et textile spécialisé dans les NTI) et le Filtex (Fondation pour l'innovation textile). L'objectif est d'établir des relations de coopération et de partenariat avec cette région d'Espagne qui représente en quelque sorte le fief de la maille et de la confection. En sachant que pour le Royaume, le défi est de continuer à monter en gamme et offrir un maximum de services aux clients, un partenariat avec la Copca ne pourra être que bénéfique. Le consortium catalan a accepté de financer un projet de coopération entre les différents organismes professionnels de cette région et l'Amith visant à développer les relations de partenariat et d'échange entre les deux secteurs. Ainsi, au cours de son séjour, la délégation catalane a procédé à la finalisation et la mise en place du programme intitulé «coopérer pour avancer«. Celui-ci s'étale en principe sur 3 trois ans. Il s'agit donc de la définition de 7 projets qui contribueront à rehausser la coopération et le niveau de l'industrie.Le premier projet consiste en la création d'un comité mixte composé par la fédération intertextile (regroupant toutes les fédérations et organismes textiles espagnols), l'Amith et les deux ministères de l'Industrie respectifs. Ce comité est chargé de suivre l'évolution des relations d'échange et de partenariat. Et aussi de créer des rencontres, intier des actions ou encore lever les obstacles pouvant entraver la bonne marche des affaires. Il est piloté par la Fédération de la maille catalane. Pour le second projet, il s'agit de protection de l'environnement, sous la houlette du Leitat. Un guide sera élaboré pour permettre aux entreprises marocaines d'obtenir un produit de meilleure qualité et respectant les normes de l'environnement, sans que cela ne se traduise par un surcoût. De même, un questionnaire concernant l'environnement sera administré aux sociétés leur permettant d'établir un autodiagnostic. Pour cette opération, 4 entreprises-pilotes seront sélectionnées.Troisième projet, la promotion des actions commerciales, dirigé par le Fitex. Trois enquêtes seront menées pour définir les points faibles et les atouts des relations entre l'entreprise marocaine et l'entreprise espagnole. Il permettra aussi d'analyser les possibilités de partenariat et de mettre en exergue les difficultés à y arriver (plus d'éclaircissements concernant les intermédiaires). Mais aussi de pousser les sociétés qui ne travaillent pas encore avec le partenaire étranger à le faire. Et cela, surtout dans le secteur de la maille et de la confection.Le quatrième projet consiste à mettre en place un plan de formation avec le Cetex, définissant la nomenclature des postes de travail dans la maille. Ainsi que des propositions de plan de formation, selon le diagnostic, concernant tout l'encadrement de l'entreprise. Pour le cinquième projet, il s'agit de mettre en place, toujours avec le Cetex, un plan technologique pour analyser et effectuer l'état des lieux des entreprises de la maille et de la confection. Des propositions d'amélioration pour une plus grande compétitivité sont donc attendues.Le sixième projet, chapeauté par le Cetemmsa, concerne les systèmes d'information. Il s'agit de mettre en place une base de données comprenant toutes les entreprises marocaines et catalanes afin de déterminer la fonction de chacune. Répartition géographique, temps moyen de fabrication, prix moyen, coût de transport font également partie du package.Le septième et dernier projet réside dans l'accompagnement au développement du savoir-faire en matière de stylisme et modélisme. Un rapprochement avec des écoles catalanes sera effectué. Une liste de stylistes-modélistes free-lance espagnols sera communiquée.Et c'est en octobre prochain, période à laquelle l'Amith compte tenir sa journée nationale, que les deux parties ont convenu de se retrouver pour discuter des avancées.


Repli stratégique

Si l'intérêt de l'Espagne envers le Maroc s'est accru, explique Abdelali Berrada, directeur général de l'Amith, c'est en raison du rapprochement effectué avec la péninsule ibérique grâce aux nombreux Vetma qui s'y sont déroulés«. L'autre raison de cet engouement provient de la prise de conscience collective des défis et futures échéances mondiales. L'entrée de la Chine dans l'OMC, le démantèlement de l'accord multifibres, l'intégration des pays du PECO dans l'Union européenne et la multiplication des regroupements régionaux sont autant d'éléments catalyseurs, qui poussent l'Espagne à chercher des solutions pour éviter une crise. Les Espagnols ont évidemment songé à développer des projets de coopération et partenariats avec le Maroc, pays limitrophe et complémentaire, envisageant d'y délocaliser une partie de leur production et d'y engager de nombreux investissements. «Le Maroc est aussi considéré comme un repli stratégique pour l'Espagne«, souligne Berrada. La volonté des industriels espagnols de nouer des stratégies d'alliance avec le Royaume étant manifeste, le bureau de l'Amith s'y est donc rendu de façon officielle en novembre 2002. Cette démarche a conduit la partie marocaine à rencontrer les associations professionnelles à Madrid, Barcelone et régions. Et aujourd'hui à profiter des fruits de ces rencontres.Radia LAHLOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc