×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Textile: Les 8 chantiers de l'industrie

Par L'Economiste | Edition N°:1746 Le 13/04/2004 | Partager

. L'Amith met en oeuvre les plans d'action issus des études stratégiques. Coaching, école de mode, observatoire.... 5 millions d'euros débloqués pour la restructuration de 250 entreprisesCe n'est pas parce que les textiliens n'ont pas fait parler d'eux ces derniers mois, qu'ils sont restés les bras croisés. Au contraire. Depuis octobre dernier, date de la divulgation des recommandations des études de repositionnement menées conjointement par l'Amith et Euro-Maroc-Entreprise (cf. www.leconomiste.com), chantiers et projets s'empilent.“Toutes les recommandations contenues dans les rapports des experts ont été déclinées en plans d'action ciblés et par filières”, explique Salah Eddine Mezouar, président de l'Amith. Un travail de longue haleine qui a été effectué en collaboration avec les experts désignés par EME. Pascal Morand et André Beirnaert ont assisté les efforts de l'Association par un coaching soutenu en vue de l'opérationnalisation des plans d'action issus des études stratégiques.Aujourd'hui, 8 grandes recommandations en émergent. A commencer par le développement de l'offre textile (fils, tissus ennoblissement, soit l'amont du secteur qui fait défaut au secteur encore peu intégré. Et cela à travers différentes actions telles que la promotion des investissements tant nationaux qu'étrangers dans des segments bien sélectionnés de l'amont (offre matières, soutien au niveau du style, de la créativité). Côté productivité, un vaste programme a été défini. Projets d'accompagnement,formation et séminaires groupés au menu. Dans ce cadre, l'Amith se propose d'accompagner quelque 250 entreprises, notamment dans la gestion de la salle de coupe, de là polyvalence et la restructuration des services méthodes. . Un plan de coaching des managersLe programme d'assistance prévoit également les services de planification-ordonnancement-lancement, la gestion de la maintenance, le passage très attendu de la sous-traitance à la cotraitance et surtout la mise en conformité sociale. Un vaste chantier d'accompagnement qui sera effectué par l'ANPME. Pour mettre en place et suivre le déroulement de ces opérations, les chefs d'entreprise doivent avoir le recul nécessaire. Aussi, un plan de coaching des managers sera déployé afin de renforcer leurs aptitudes. Exemple est pris sur le programme français Vision Compétitive qui consiste à fixer des objectifs en termes de marché, de produits, de structure et de finances. En l'adoptant, l'Amith pourrait définir des diagnostics et des axes de développement à mettre en place sur une période de trois ans. Il est rebaptisé pour l'occasion, “Projet performance”.Très importante aussi, toute la dimension créative et technique. Elle passe par une meilleure opérationnalisation du CTTH, l'installation d'un observatoire mondial du textile de la mode ainsi que la création d'une école de mode et de création. Vecteur important pour le passage à la cotraitance. Dans le pipe également des mesures incitatives pour parvenir à une plus grande efficacité industrielle et logistique ainsi qu'à un meilleur positionnement des entreprises marocaines sur les marchés.Tout ce travail de restructuration du secteur doit pouvoir trouver écho à l'étranger. D'où l'importance de la cellule marketing et promotion. Huit pays cibles ont été choisis par l'Amith afin d'y établir des antennes via des cabinets de marketing sur place, en dehors de la France qui demeure le partenaire privilégié du Maroc. Il s'agit de l'Espagne, du Portugal, de l'Italie, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis, des pays du Bénelux et de Dubaï considéré comme un tremplin vers les pays arabes (très demandeurs de foulards et de textile de maison). Avec ces relais de promotion, veille et mise en relation, “l'Amith développe une approche commerciale spécifique par pays pour aider les entreprises exportatrices”, souligne Mezouar. Il s'agit d'une stratégie de conquête des marchés qui consiste à maîtriser les sources d'approvisionnement et étudier des possibilités de positionnement pour le Maroc. Travail de fond pour ce secteur ayant reçu l'adhésion des pouvoirs publics (MCI et Primature), qui l' accompagnent financièrement dans sa restructuration par l'entremise de l'ANPME, avec un budget de 5 millions d'euros (250 entreprises qui nécessitent chacune 20.000 euros).


Nouvelle configuration

Pour servir les nouveaux desseins du secteur, l'Amith a dû également changer de configuration. Aujourd'hui, la structure permanente est constituée de trois pôles. La direction services à l'entreprise qui s'intéresse à la restructuration et la mise à niveau ainsi qu'au “Projet performance”. Une seconde direction est dédiée aux membres ciblant tous les problèmes spécifiques, pouvant survenir (impôts, douane, CNSS, banques...). Et la troisième est orientée vers la communication, la promotion et le marketing.Des structures transversales s'occupent de dossiers tout aussi importants tels que les sytèmes d'information et de veille stratégique, les ressources humaines et la formation. Le tout sous la houlette d'un directeur délégué. Par ailleurs, un poste de vice-président exécutif a été mis en place. La mission consiste à consolider les relations avec les institutionnels nationaux, renforcer les liens avec les fédérations étrangères et prospecter de nouveaux marchés. Une cellule spéciale doit bientôt être opérationnelle concernant le marché américain.Du sang neuf pour le secteur et l'association depuis l'arrivée de Mezouar à la tête de l'Association. Le président de l'Amith ne compte pas en rester là et se représente en juillet prochain pour un second et dernier mandat. Sauf que cette fois-ci, il ne sera pas le seul candidat. Radia LAHLOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc