×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Textile: La globalisation sera sans merci

Par L'Economiste | Edition N°:1476 Le 14/03/2003 | Partager

. Une rencontre avec des professionnels a été organisée par l'Amcham. Constat: Les mutations au niveau mondial emballent la demande.... ... Et le Maroc n'a pas d'autre choix que de s'insérer dans une logique internationaleLe textile-habillement est sous les feux de l'actualité. Depuis sa restructuration, ce secteur a entamé un nouveau départ, sur des bases différentes (filières, pôles de compétences et de progrès, positionnement régional). De plus, sa situation et sa contribution stratégiques au sein de l'économie nationale, ses ouvertures sur les marchés extérieurs et les nombreuses zones de libre-échange (ZLE) qu'il conclut actuellement ont poussé l'Amcham, la Chambre de Commerce Américaine de Casablanca, à organiser une rencontre avec les responsables de ce secteur, le 12 mars à Casablanca. Et cela dans l'objectif d'expliquer comment l'ouverture aux nouveaux marchés extérieurs peut doper la compétitivité du textile. Et surtout dans quelle mesure la ZLE Maroc-USA serait bénéfique pour les deux parties. Ce sont Salah Eddine Mezouar, président de l'Amith et Jawad Hamri, président du pôle Relations internationales à l'association, qui se sont chargés d'animer ce débat, apportant par là des éclaircissements concernant les thèmes abordés. Dans leur quête de repositionnement et d'excellence, les professionnels comptent énormément sur les effets positifs d'un regroupement euro-méditerranéen, ou encore sur les bienfaits des zones de libre-échange. Surtout que dans peu de temps, des dates butoirs vont révolutionner le textile mondial: entre 2004-2007, il s'agira de l'élargissement de l'Europe, en 2005, du démantèlement de l'accord Multifibres, et aussi de la création d'un bassin Paneuromed qui comprendrait 32 pays. En 2012, le démantèlement progressif des barrières tarifaires conclu avec l'UE prendra fin. Et en 2015, il s'agira de la libéralisation mondiale des échanges. Par ailleurs, de plus en plus de ZLE voient le jour. En plus de l'ALENA, le CBI, l'AFTA ou l'ASEAN, les Etats-Unis multiplient l'expérience avec le Chili, la Jordanie, Singapour et aujourd'hui le Maroc. La Chine, quant à elle, redouble d'efforts pour atteindre les 32% du commerce international en 2005, contre 22% aujourd'hui. Sans oublier l'émergence de pays comme l'Inde, le Pakistan, ou la Corée et Taïwan. Une lutte sans merci est engagée, dans laquelle le Maroc, même s'il fait office pour l'instant de petit poucet, devra se tailler une place. Même scénario au niveau de la demande qui s'emballe. Petit à petit, les intermédiaires sont éliminés au profit de bureaux d'achat internationaux. Pour satisfaire les besoins de plus en plus grands et diversifiés, la préférence ira vers les fabricants relativement grands, flexibles et disposant d'une capacité et d'une offre diversifiées. L'évolution des pratiques d'achat tend à privilégier une offre de produits finis, accompagnée d'un maximum de services. L'arbitrage dans les approvisionnements va obéir à une nouvelle logique. Les produits basiques seront produits en Asie et dans les pays à bas coût salarial. Les articles liés à la mode, sujets à actualisation et à réassort, seront produits dans les zones de proximité. Ces changements vont obliger les fabricants textile à développer des politiques communes de collaboration, pour réduire la fragmentation et la complexité de la chaîne d'approvisionnement: la verticalité devient une nécessité. Face à ces profonds bouleversements, la stratégie à adopter dans le secteur textile marocain repose sur une politique de compétitivité générale. Elle doit être basée sur des alliances et des regroupements qui allient innovation et production. Mais aussi en les orientant vers une offre globale de produits finis, assurant réactivité et service maximum. Tout cela en tenant compte des faiblesses et atouts du secteur. Le défi pour les années à venir, souligne le président de l'Amith, est de «faire, dans un horizon de 3 ans, de l'industrie textile-habillement marocaine une industrie mondialisée, structurée et perçue comme telle par la communauté nationale et internationale, avec un niveau de salaires compétitif«. Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc