×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Textile: L’Amith relativise la reprise

    Par L'Economiste | Edition N°:2354 Le 05/09/2006 | Partager

    . Bonne tenue des exportations. Reste à confirmerC’EST l’embellie dans le secteur du textile. En effet, fin juillet, la valeur des exportations ont atteint près de 15 milliards de DH affichant une progression de 13% par rapport à la même période de l’année 2005. Elle représente 26% de la totalité des exportations avec 19,5% pour les vêtements confectionnés et 7,2% pour les articles de bonneteries. En dépit de cette performance, Karim Tazi , président de l’Association marocaine des industries de textile et de l’habillement (Amith), se garde de parler de reprise définitive.«L’avenir du secteur est entre les mains des professionnels marocains», tient à préciser M. Tazi. Pour lui il reste beaucoup à faire pour consolider ces acquis. A ce propos, il convient de rappeler que les pouvoirs publics en collaboration avec l’Amith, ont lancé un programme Emergence pour la mise à niveau du secteur du textile. Objectif: améliorer la compétitivité des entreprises marocaines afin de leur permettre de faire face à une concurrence devenue âpre dans ce secteur.A travers un bilan à mi-parcours (le plan Emergence a été lancé à la fin de l’année 2005), le président de l’AMITH tient à signaler que des points positifs ont été enregistrés, en particulier l’accès à la matière première. Le gouvernement a tenu ses engagements en matière de réduction des droits de douanes, qui sont passés de 45% à 2,5%. Ces réductions concernent surtout les matières importées de l’Europe et des Etats-Unis. Pour les produits provenant des pays d’Asie, le problème demeure avec acuité. Dans le cadre également du plan Emergence, l’AMITH a lancé son programme pour la promotion du label marocain. Pour ce faire, une subvention de 20 millions de dirhams est accordée par l’Etat pendant trois ans. Objectif de ce programme: attirer les délocalisations et, d’une manière générale, tous les investisseurs dans le domaine concerné. A ce propos, M. Tazi considère le marché espagnol comme la cible prioritaire de ce programme. Selon lui, ce choix est justifié par les potentialités que représente ce pays en matière de délocalisation des unités de production dans le secteur du textile. Sans oublier l’importance de la proximité géographique et la volonté affichée par des industriels espagnols pour investir au Maroc. Reste la cadence de l’opération de mise à niveau; les entreprises n’y souscrivent pas au même rythme. Nombre d’entre elles ont déjà oublié la tempête qui a secoué le secteur au début de l’année 2005. Il y a aussi la question de l’accompagnement bancaire et le problème du coût de l’énergie. Nour Eddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc