×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tétouan/tourisme
Thalasso et bien-être, de nouvelles niches

Par L'Economiste | Edition N°:2243 Le 28/03/2006 | Partager

. Soins du corps, spa etc. pour attirer la clientèle. Un éductour organisé au profit de 60 voyagistes français Un éductour pour le «bien-être», c’est le pari que vient de réussir le Sofitel Thalassa Marina Smir de Tétouan, avec le Formatour 2006. Ram, l’ONMT et l’Agence du Nord ont été les partenaires de la manifestation, organisée en collaboration avec Thalasso N°1, voyagiste français spécialisé dans ce domaine. Ainsi, l’éductour a permis d’attirer plus d’une soixantaine d’agents de voyage français et de les former dans la commercialisation des produits de bien-être. L’occasion a été aussi de tester in vivo les différentes méthodes disponibles, surtout celles en relation avec la thalassothérapie. L’ensemble des participants du Formatour 2006 ont pu se relaxer et tester les bienfaits de la mer. Cette initiative s’inscrit dans la volonté du groupe Accor, propriétaire de la chaîne Sofitel, de contribuer à la promotion de la région Nord du Maroc et de mettre en exergue un potentiel touristique indéniable, notamment à travers la thalassothérapie et le bien-être.L’éductour a été aussi l’occasion pour le groupe de faire la connaissance de la région de Tétouan et son arrière-pays, Chaouen et le pôle balnéaire de Tanger. «La thalasso et ses variantes, spa et thermalisme sont une véritable option pour les hôteliers de la région», indique Hassan Bargach, directeur du Sofitel Thalassa Marina Smir. Malgré sa beauté, la côte tétouanaise était handicapée jusque-là par une saisonnalité limitée aux seuls mois de juillet et août. «Avec la thématique du bien-être, la destination a de fortes chances de se repositionner», ajoute l’hôtelier. Les hôtels de la côte connaissent en effet l’une des plus fortes variations de chiffre d’affaires entre basse et haute saisons: le rapport entre novembre et août atteint 1 à 12 dans la côte tétouanaise, alors qu’il est de 1 à 3 pour d’autres régions. Il sera possible de la sorte d’étaler la saison au-delà des deux mois afin d’atteindre 5 à 6 mois, un des objectifs du Sofitel Marina Smir: «Nous essayons de nous inscrire dans cette dynamique de développement qui est celle de la côte de Fnideq». Actuellement, cette zone est appelée à se développer rapidement, un important programme du ministère du Tourisme prévoit d’y installer à terme plus de 5.000 lits. Mais déjà, des changements doivent être réalisés pour encourager les touristes. «Le marché français est particulièrement malmené avec des horaires d’avion peu adaptés», affirme Bargach. En effet, le vol d’arrivée est à 22h00 à Tanger, alors que le départ se fait à 6h00 du matin, ce qui revient pratiquement à passer la nuit à l’aéroport. De notre correspondant,Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc