×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tétouan: L'instruction de l'affaire Erramach reportée

Par L'Economiste | Edition N°:1589 Le 28/08/2003 | Partager

. Le juge demande un délai supplémentaire pour examen. Les accusés toujours en détention à la prison civile de Tétouan Le feuilleton d'Erramach et sa bande n'en est qu'à ses débuts. La séance d'interrogatoires détaillés qui devait démarrer hier a été reportée à une date ultérieure. Selon une source judiciaire, le dossier a changé de main. En effet, le juge d'instruction chargé de l'affaire, Ibrahim Araâr, parti en congé, aurait cédé le dossier au juge Zaim. Ce dernier a demandé un délai supplémentaire pour examen. Ce changement a provoqué des rumeurs sur une possible mise à l'écart de certains juges. Entre-temps, les prévenus attendent à la prison civile de Tétouan, bien que la détention se passe dans de bonnes conditions, selon l'ensemble des avocats des inculpés. En compagnie de quelques membres des familles des accusés, les avocats ont choisi comme quartier général le Café Muralla avec sa décoration kitch et son style ostentatoire. Déçues, les familles ont rebroussé chemin, en direction de la prison, espérant retrouver leurs proches. En attendant, la campagne électorale semble déjà tourner autour de son principal sujet, la lutte contre la corruption. Un livre sur le sujet serait même déjà en gestation. A la tête de ce projet, entre autres, un avocat de la ville de Tétouan, Habib Hajji. Le livre devrait, selon ses auteurs, traiter de la grande et la petite corruption, celle de tous les jours, au sein des petites administrations. Rappelons qu'Erramach est impliqué dans deux dossiers. Le premier concerne entre autres le trafic de drogue, la constitution d'association criminelle et la détention d'arme à feu sans autorisation. Mais le deuxième dossier porte sur la corruption d'agents et fonctionnaires de l'Etat. Il est traité devant la Cour spéciale de justice à Rabat. Hier, Erramach a été transféré à Rabat pour comparaître devant le juge.De notre correspondant, Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc