×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Tests ADN/France: Hortefeux fera des propositions

Par L'Economiste | Edition N°:2622 Le 02/10/2007 | Partager

. Le président de l’UMP a souligné que les députés n’y renonceraient pasLe ministre français de l’Immigration, Brice Hortefeux, a déclaré dimanche dernier qu’il ferait des «propositions» devant le Sénat dont la commission des lois a supprimé un article introduisant la possibilité de recourir à des tests ADN pour les candidats au regroupement familial. Les sénateurs examinent aujourd’hui en séance le projet de loi sur l’immigration de Hortefeux adopté le 20 septembre et comprenant l’article controversé. Le gouvernement a souligné qu’un tel type de dispositif existait dans onze pays d’Europe.«J’écouterai les intervenants au Sénat», a déclaré Brice Hortefeux au Forum de Radio J. «S’il y a des propositions à faire, je les ferai de manière à intégrer les propositions qui sont nées au Sénat et je fais confiance pour que le Sénat adopte le projet du gouvernement in fine». «J’aborde le débat au Sénat exactement avec le même esprit que lors de la discussion à l’Assemblée. J’écouterai les uns et les autres et je ferai des propositions», a-t-il dit. «La conciliation et l’ouverture sont dans mon tempérament et ma pratique», a-t-il ajouté.Le président du groupe UMP majoritaire à l’Assemblée nationale comme au Sénat, Jean-François Copé, avait souligné mardi dernier que les députés ne renonceraient pas à cette disposition sur les tests ADN, même si le Sénat la supprimait, et en défendraient alors le maintien au sein d’une commission mixte paritaire. Une telle commission regroupe députés et sénateurs.Le projet de loi controversé sur la maîtrise de l’immigration a été adopté en première lecture par les députés le 20 septembre. Il était combattu par l’opposition de gauche et a été vivement critiqué par des ONG, dont Amnesty international, et des scientifiques.Le texte voté par les députés français autorise, à titre expérimental, jusqu’au 31 décembre 2010, les tests ADN pour les étrangers candidats au regroupement familial voulant apporter une preuve de leur filiation.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc