×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Terrorisme nucléaire: Réunion de 80 pays à Vienne

Par L'Economiste | Edition N°:2057 Le 05/07/2005 | Partager

. Objectif: Empêcher un 11 septembre à l’échelle atomiqueLES 80 pays signataires de la Convention sur la protection physique des matières nucléaires (CPPMN) se réunissent de lundi 4 juillet à jeudi à Vienne pour prévenir la prolifération de matières fissiles et combattre le terrorisme nucléaire. La réunion, qui se tient au siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans la capitale autrichienne, doit amender la CPPMN pour empêcher un 11 septembre à l’échelle atomique, dont le risque est jugé réel par l’AIEA, l’Agence de sûreté nucléaire des Nations unies. Le DG de l’AIEA, Mohamed El Baradei, a expliqué récemment que son agence n’avait jamais envisagé, jusqu’aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, que des terroristes pourraient utiliser des armes nucléaires ou radioactives. Le terrorisme nucléaire pourrait impliquer le vol de matières fissiles, essentiellement l’uranium et le plutonium nécessaires pour la mise au point d’une bombe atomique, pour les utiliser dans des dispositifs explosifs nucléaires ainsi que le vol de matières radioactives dangereuses pour des dispositifs de dispersion radiologique «bombe sale». Il pourrait également impliquer le sabotage de réacteurs nucléaires ou d’installations du cycle de combustion ou encore le sabotage de véhicules, de vaisseaux ou d’avions transportant des matières nucléaires. Pour l’essentiel, les amendements prévus à la CPPMN prévoient de limiter et de contrôler l’accès aux matières utilisables pour la fabrication d’armes nucléaires ainsi que celui aux matières radioactives dangereuses et aux installations et systèmes de transport de ces matières. Il s’agit aussi de réduire la vulnérabilité aux cyber-attaques des systèmes informatiques des centrales nucléaires et de prévoir des mesures immédiates si un acte de terrorisme nucléaire est soupçonné. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc