×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Territoires
Le Maroc fait le pari des réseaux de Régions

Par L'Economiste | Edition N°:2496 Le 30/03/2007 | Partager

Une douzaine de présidents de régions des cinq continents ont décidé de créer à Marseille le Forum de Réseaux de régions du monde. L’initiative revêt une importance particulière avec notamment des impératifs de développement des territoires et de mondialisation. Des impératifs auxquels le Maroc s’intéresse de près à l’aune du débat sur l’autonomie des provinces du Sud. Le Maroc y est représenté par la région Tanger-Tétouan. Dans cet entretien, Abdelhadi Benallal, son président, analyse les enjeux. L’Economiste: Qu'est-ce qui vous a motivé à adhérer à l'initiative de la Région PACA, de la CRPM et du Pnud(1)?- Abdelhadi Benallal : L’intérêt du sujet, la nature et la qualité des intervenants, mais aussi l’exemplarité des relations que nous entretenons tout d’abord avec notre partenaire, la Région Provence-Alpes- Côte d’Azur, puis avec les membres de la CRPM, dont ma région est membre associé, et avec le Pnud, à côté de qui nous expérimentons une nouvelle démarche dans le cadre du programme ART Gold Maroc. Par ailleurs, vous conviendrez que les autorités régionales sont tout aussi fortement interpellées que les Etats par les enjeux de la mondialisation. Je pense que le concept de territoire régional, et de territoire tout court, n’a jamais acquis autant d’importance que dans ces dernières années. Il est de nos jours vécu et perçu de façon fort différente qu’il y a quelques années. Différentes études s’accordent à dire que ces derniers temps de nouveaux rapports au territoire se créent. Celui-ci est de plus en plus appelé à se construire par tous ceux qui, avec la pluralité de leurs rapports à l’espace et de leurs modes de vie, ont le désir de participer à un même ensemble. C’est d’ailleurs avec l’émergence de cette nouvelle manière de le percevoir que les collectivités, telles que celle que je représente, ont commencé à s’imposer comme des acteurs déterminants du développement.Il est donc naturel que la Région Tanger-Tétouan accepte, voire se réjouit de participer à cette initiative organisée sous l’intitulé combien significatif «Première Convention internationale pour une approche territoriale du développement».. Quels bénéfices le Maroc espère-t-il tirer d'une telle initiative?- Tout d’abord, prendre part à une telle initiative permet à tout un chacun de faire valoir ses spécificités, les attentes de sa population et les opportunités que son territoire recèle. De plus, l’un des objectifs de cette rencontre est de sensibiliser les collectivités au rôle qui leur incombe pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Il s’avère à cet effet qu’au Maroc, le lancement de l’INDH par Sa Majesté le Roi procède de la même vision que l’OMD. Car à côté des volets relatifs à la consolidation d’un Etat et aux réformes et projets structurants générateurs de croissance, l’INDH concerne aussi le développement humain dans ses dimensions économique, sociale et culturelle, fondé sur les principes de bonne gouvernance. Participer à une telle initiative permet donc à la Région Tanger-Tétouan, de procéder à un échange des pratiques et des expériences initiées dans ce domaine, mais aussi de faire partie d’un réseau structuré d’acteurs locaux, qui pourrait être amené à exercer du lobbying auprès de certaines instances, pour une meilleure prise en compte des aspects relatifs à la parité, la solidarité et le développement équitable.. Pensez-vous que la mise en oeuvre de ces dispositions sera bien accueillie, voire encouragée, facilitée par le pouvoir central au Maroc?- Vous savez, nous ne pouvons prendre d’engagements que s’ils sont conformes aux choix et aux politiques de notre pays. En parcourant la Déclaration des Régions sur leur participation à la gouvernance de la mondialisation, vous verrez qu’elle rejoint dans une large mesure nos préoccupations nationales et les défis que nous avons à relever. Sans entrer dans les détails de la Déclaration, je me contenterai de dire que lorsqu’elle rappelle aux autorités régionales la nécessité d’accompagner leurs populations et leurs forces vives, économiques et sociales, dans le développement des échanges, ne présente-t-elle pas de grandes similitudes avec un chantier auquel nous nous attelons au Maroc depuis un certain nombre d’années, et qui consiste à renforcer les pouvoirs locaux, de sorte à ce qu’ils soient en mesure de prendre leur destin en main? Vous savez tout aussi bien que moi que le débat sur la régionalisation au Maroc est vif et passionné. Vous savez aussi qu’un projet qui consiste à octroyer une large autonomie aux provinces du Sud occupe une place de choix dans nos débats politiques. Le pouvoir central au Maroc ne peut en conséquence que saluer cette initiative et encourager sa mise en œuvre.. Quel est le plan de travail?- Cette initiative constitue une première étape. La seconde étape est prévue à Tanger en 2008. Elle permettra d’aller plus dans les détails des actions à entreprendre. D’ailleurs, si vous consultez le texte de la Déclaration, vous verrez qu’il y est mentionné que les signataires présents constituent le Bureau provisoire du Forum en charge de proposer les statuts et les modalités de fonctionnement d’une future organisation. Au sein de ce réseau qui est encore à ses débuts, nous sommes appelés à nous mieux nous connaître et à appendre à travailler ensemble. Je noterai néanmoins que cette première étape sera plus ou moins courte, dans la mesure où, heureusement d’ailleurs, chacun des signataires de la Déclaration en question dispose déjà d’une expérience concluante de travail en réseau. Propos recueillis à Marseille par Aziz BEN MARZOUQ------------------------------------------------------------------------(1) PACA: Provence-Alpes-Côte d’Azur; CRPM: Conférence des Régions périphériques maritimes de l’UE; Pnud: Programme des Nations unies pour le développement.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc