×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Téléphonie mobile : Le réseau GSM sera achevé à la mi-1995

Par L'Economiste | Edition N°:155 Le 24/11/1994 | Partager

Le réseau de téléphonie mobile de type GSM sera fin prêt à la mi-1995. Les villes de Marrakech, Rabat, Bouznika et plus récemment Casablanca sont déjà desservies. La capacité initiale du réseau est fixée à 12.000 abonnés.

Mis en service pour la première fois à l'occasion de la Conférence du Gatt à Marrakech, le GSM (Global System for Mobile communications) attire de plus en plus d'adeptes. Le système est équipé pour une capacité initiale de 12.000 abonnés extensible à 40.000. Au moment du lancement des travaux pour l'installation du GSM à Casablanca (fin juillet dernier), quelque 1.000 personnes étaient équipées en radiotéléphone GSM.

En fonction donc à Marrakech, à Rabat et Bouznika, et plus récemment à Casablanca, le réseau doit couvrir les grands axes routiers et notamment ceux de Rabat-Fès-Ifrane, Casablanca-Settat-Marrakech et Rabat-Tanger-Tétouan. Il comprend deux centres de commutation des services mobiles déjà en service (Rabat et Casablanca) et un réseau de 61 stations de base radioélectrique dont 15 sont déjà opérationnelles. Ces dernières assurent en effet une couverture partielle de l'axe Rabat-Casablanca et des villes de Marrakech, Fès et Ifrane.

Selon Siemens, le groupe informatique allemand qui a remporté l'appel d'offres international lancé en 1993 par l'ONPT pour la mise en place du GSM, le réseau devrait être fin prêt à la mi-1995.

Le GSM coexiste ainsi avec le réseau national de radiotéléphonie mobile analogique de type NMT(Nordic Mobil Telephon) introduit en 1987 par l'ONPT. Conçu par le Suédois Ericsson, le NMT dispose d'une fréquence de 450 MHz et d'une capacité de 20.000 lignes.

Pour être basé sur un système numérique, le GSM présente de nombreux atouts, affirment des professionnels. La radiotéléphonie mobile numérique cellulaire de type GSM offre une plus grande fiabilité, indiquent-ils. Le GSM mettrait fin aux écoutes clandestines rendues possibles par le NMT. Avec un système analogique, il est en effet très facile de se régler à la fréquence 450 MHz et d'écouter une conversation. Outre la confidentialité de la communication, l'autre atout cité par les entreprises de télécommunications n'est autre que la qualité de la transmission et donc de l'écoute. Cette qualité résulte de l'existence d'un grand nombre de relais qui offrent des cellules juxtaposées, assurant ainsi une régularité dans la qualité de couverture.

Pour les utilisateurs qui ont souvent à se déplacer à l'étranger, le GSM est d'un apport jugé non négligeable, le système étant entièrement compatible avec tout autre réseau de télécommunications dans le monde ayant adopté la norme GSM. "n est en effet conforme aux spécificités techniques de l'ETSI/GSM (European Telecommunications Standard Institute) pour tous ses équipements, ses logiciels et ses interfaces", note la revue n°9 de l'Association Nationale des Ingénieurs TELECOM.

Dans les zones couvertes par le GSM à l'étranger, l'utilisateur peut recevoir ou émettre grâce à un numéro unique (huit chiffres), et ce, sans avoir à demander un abonnement dans le pays où il se trouve.

Techniquement, le GSM est constitué de quatre unités principales: le Système de Commutation Réseau NSS (Network Switching System), le Système de Stations de Base BSS (Base Station System), le Centre d'Exploitation et de Maintenance OMC (Operation and Maintenance Center) et la Station Mobile MS (Mobile Station) avec son Module d'Identité d'Abonné SIM (Subscriber Identity Module).

La station mobile, qui peut être un équipement portable ou de véhicule ou portatif, comprend l'appareil téléphonique, l'émetteur-récepteur, l'antenne, le SIM, la batterie et le chargeur pour les postes portables ou portatifs. Le terminal est donc caractérisé par une identité internationale IMEI (International Mobile Equipment Identity). Dés qu'il est utilisé par un abonné, il porte le numéro d'identité internationale de cet abonné contenu dans le SIM.

Le SIM est une carte de type bancaire qu'il suffit d'introduire dans le radiotéléphone pour recevoir ou passer un appel. Fournie par l'ONPT, la carte SIM se présente sous deux formats: format carte à puce pour les terminaux mobiles, portables ou portatifs et format réduit destinés aux terminaux portatifs.

En plus de la gestion de la mobilité, le SIM vise à protéger l'usager et l'exploitant contre l'intrusion de tiers sur les canaux radio. Par ailleurs, et à côté des facilités qu'il offre (renvoi d'appel, interdiction d'appel, transfert d'appel, sélection d'appel...), le GSM autorise le développement de nombreux services additionnels tels que la messagerie vocale, la mise en garde, l'indication d'appel en instance, l'identification de numéro appelé et appelant, la facturation immédiate...

Hakima ELMARIKY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc