×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Télécommunications : Alcatel et Mitsubishi envisagent de coopérer

    Par L'Economiste | Edition N°:204 Le 16/11/1995 | Partager

    Alcatel Alsthom et Mitsubishi Electric envisagent une coopération dans les télécommunications, les semi-conducteurs et les automatismes industriels, selon un porte-parole du groupe nippon De même source, il est indiqué que les deux firmes souhaitent concrétiser cette alliance avant la fin de l'année.
    Se voulant plus discret , M. Serge Tchuruk, le patron d'Alcatel, a indiqué que l'accord était préliminaire et s'est même refusé à le détailler. "Mitsubishi Electric et Alcatel sont sur les mêmes métiers, mais sont complémentaires sur le plan géographique", s'est-il contenté de dire en ajoutant qu'il voyait là une opportunité pour son groupe "d'entrer sur le marché japonais" où sa présence est négligeable. Alcatel réalise 13% de son chiffre d'affaires en Asie.

    Pour sa part, Mitsubishi compte renforcer sa présence en Europe notamment en France où il est implanté depuis 1990 et où il continue d'investir. D'ailleurs, il vient de débourser 10 millions de Francs (1FF=1,72DH) pour la création d'un site industriel d'assemblage de composants électroniques de puissance. En outre, il a récemment inauguré un centre de recherche européen sur les technologie de l'information, et plus précisément les télécommunications sans fil. Son objectif consiste à s'emparer de 10% du marché mondial des terminaux GSM.
    Le groupe français est intéressé par certaines technologies de Mitsubishi dans le domaine des télécommunications mobiles d'où il a été absent durant de longues années. En dépit des milliards investis dans le secteur, Alcatel n'est pas parvenu à rattraper le retard sur les leaders mondiaux tels que le Suédois Ericsson, le Finlandais Nokia ou l'Américain ou Motorola. Cette activité n'intervient en effet que pour 4,5% dans son chiffre d'affaires alors que le secteur représente 14% du marché mondial des télécommunications.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc