×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Taza: Un centre de formation pour les employées de maison

Par L'Economiste | Edition N°:1668 Le 23/12/2003 | Partager

. Des cours d’art ménager, de travaux manuels et d’alphabétisation y sont notamment dispensés . Les jeunes filles bénéficiaires pourront aussi connaître leurs droitsUn centre de formation en art ménager vient d’ouvrir à Béni Frassen (près de 60 km de Taza). C’est une commune rurale de quelque 32.000 habitants, relevant de la province de Taza. Destiné à des filles issues de familles pauvres, ayant dépassé l’âge de scolarisation, ce centre est le deuxième du genre au Maroc, après celui de Salé. Pourquoi un tel projet à Béni Frassen? “Les caractéristiques de la région expliquent ce choix”, précise Mustapha Sqali, délégué provincial de l’Entraide nationale à Taza. Selon lui, très peu de filles fréquentent l’école dans cette commune où la majeure partie de la population est pauvre. Les parents ont souvent tendance à pousser leur progéniture féminine à travailler dans les maisons pour générer du revenu. Des familles du Maroc entier viennent à Béni Frassen chercher des bonnes “bon marché”. La naïveté des fillettes est recherchée. C’est ce qui ouvre la porte aux différentes formes d’abus et exploitation auxquels sont souvent soumises les employées de maison au Maroc. C’est dans le cadre de la lutte contre ce genre d’exploitation que ce projet a été finalisé. “Le centre permettra aux filles d’apprendre un métier, certes, mais aussi de connaître leurs droits”, explique Sqali. Les stagiaires jouissent, en effet, d’une formation diversifiée. Outre les cours d’art ménager et la formation de gouvernantes, des séances de travaux manuels et d’alphabétisation sont également au programme. Cofinancé par l’Entraide nationale et des bienfaiteurs, le centre a nécessité un investissement de 5,6 millions de dirhams. Il s’étale sur une superficie globale de 3.000 m2, dont 780 couverts. Le bâtiment a été conçu de manière à permettre aux stagiaires de bénéficier d’une formation à la fois théorique et pratique. L’établissement est, en effet, doté d’un appartement témoin (composé de deux salons, une chambre à coucher, une cuisine et des sanitaires), une salle à manger, une cuisine moderne, une chambre froide, des sanitaires et deux salles pour la formation théorique. Pour les internes, un dortoir d’une capacité de 40 lits leur a été réservé. Par ailleurs, le centre est composé d’une administration, trois logements de fonction, deux bureaux de surveillance générale et une chambre de gardien. Le nombre des inscrites au titre de l’année en cours s’élève à 66 filles. Leur âge se situe entre 12 et 18 ans. Le staff pédagogique est constitué de cinq formateurs. La formation au niveau du centre dure une année. Au terme de celle-ci, les bénéficiaires seront placées dans des unités de restauration de la région afin d’effectuer un stage. “Cette expérience est de nature à contribuer à l’insertion de ces filles dans la vie active”, conclut Sqali.Amal TAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc