×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Taza: Hausse des superficies cultivées

Par L'Economiste | Edition N°:1480 Le 20/03/2003 | Partager

. Une bonne campagne agricole se profile grâce aux fortes précipitations de févrierUne bonne campagne s'annonce pour les agriculteurs de la province. C'est ce qu'annonce le dernier rapport de conjoncture établi par la direction provinciale de l'agriculture (DPA) de Taza pour le mois de février. Selon ce rapport, les précipitations enregistrées au cours de ce mois sont jugées importantes et généralisées. La pluviométrie moyenne a été ainsi de l'ordre de 52,8 mm. C'est ce qui porte le volume global moyen de la campagne actuelle à 468,5 mm. Ce qui est un excédent de 289,7 mm par rapport à la campagne précédente. Celle-ci n'ayant enregistré que 178,8 mm. A noter qu'à l'exception du cercle de Guercif où le cumul pluviométrique a été jugé insuffisant (ne dépassant pas les 104 mm), l'ensemble du territoire de la province a été concerné par l'abondance de ces précipitations. Des pluies qui se sont répercutées positivement sur les cultures d'automne. Ainsi, un progrès a notamment été réalisés au niveau des travaux précoces du sol. Au total, 89.600 hectares ont été travaillés durant cette campagne. Soit un excédent de 70% par rapport à la campagne précédente. De même, 30% de la superficie emblavée ont été réalisés avant fin novembre, 65% en décembre et seulement 5% ont été ensemencés tardivement en janvier. Pour les céréales, la superficie emblavée est de l'ordre de 179.400 hectares. Soit une augmentation de 5% par rapport à la superficie programmée ou réalisée durant la campagne précédente. Selon le rapport de la DPA, les précipitations du mois de février ont également été favorables à l'installation des cultures de printemps. Il s'agit essentiellement du pois chiche, du maïs et du maraîchage. De notre correspondante, Amal TAZI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc