×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Taux: «La surchauffe menace banques et clients»

    Par L'Economiste | Edition N°:2669 Le 10/12/2007 | Partager

    . Crédit logement: la hausse peut atteindre 1 point. Finie la surliquidité Face à une spirale de baisses des taux variables sur le marché, BAM a imposé en 2003 de nouvelles règles pour fixer les conditions d’indexation et de calcul des marges. Aujourd’hui, la tendance a changé. Le deuxième semestre 2007 a connu une hausse des taux, notamment sur le marché monétaire. Ce qui laisse craindre pour début 2008 une hausse des taux du crédit logement pouvant atteindre 1 point pour le long terme.- L’Economiste: Comment détermine-t-on aujourd’hui les taux et quelles sont les marges?- Nour Eddine Charkani El Hassani: Pour le crédit logement hors crédits sociaux (HBM, Fogarim, Fogalef…), les taux variables planchers sont déterminés actuellement ainsi: pour les prêts sur moins de 7 ans, c’est  le taux moyen pondérés des bons du Trésor sur 5 ans augmenté d’une marge minimum de 1,50% (3,14% + 1,50% = 4,64%). Pour les prêts sur plus de 7 ans, on prend le taux moyen pondéré des bons du Trésor sur 10/15 ans auquel on ajoute une marge minimum 1,50% (3,57% + 1,50% = 5,07%). Les changements de tendances observés ces dernières semaines sur le marché monétaire pourraient en effet affecter la tarification pour 2008. Depuis deux mois, les surliquidités monétaires qui caractérisaient le marché marocain ne sont plus d’actualité. Plusieurs constats confirment cette tendance: les crédits à l’économie ont progressé de 18,4%, soit 62,6 milliards de DH. Le spectre d’une faible pluviométrie, la hausse des prix et l’aggravation du déficit commercial annoncent une conjoncture économique défavorable pour l’année 2008. . Hausse significativeLes variations des taux de change du dollar et de l’euro par rapport au dirham poussent les entreprises à se couvrir à terme, d’où des achats de devises massifs. L’Office des changes a autorisé récemment les banques, les entreprises d’assurances et les OPCVM à effectuer des opérations de placements à l’étranger en devises (circulaire 1721 du 1er août 2007). - El le marché monétaire?- En dépit des interventions de BAM pour réguler le marché, cette tension sur les liquidités a déjà entraîné des variations à la hausse de certains taux: les taux interbancaires sont de  4,167% contre 3,056% en novembre 2006. Les BDT à 52 semaines sont de 3,40% au lieu de 2,79% à fin 2006. Les BDT à 5 ans passeront probablement de 3,14 à 3,50% à fin décembre (dernière levée à 4%). . Tendance 2008Enfin les BDT à 10 et 15 ans n’ont pas enregistré de variations car ils n’ont pas fait l’objet de levée depuis février dernier. En cas de levée, les taux de ces derniers seraient respectivement de 4,50 et 4,70%! Et ce sont ces indices justement qui concernent une grande majorité de prêts immobiliers. - Quelle sera la tendance pour 2008?- Conséquence logique, il est à craindre pour début 2008 une hausse des taux du crédit logement pouvant atteindre 1 point pour le long terme. On aura alors pour les prêts inférieurs à 7 ans: 3,50% + 1,50% de marge = 5% (4,64% actuellement). En ce qui concerne les prêts supérieurs à 7 ans, le taux sera: 4,60% + 1,50% de marge = 6,10% (5,07% actuellement).Pour illustrer l’impact de cette hausse prenons l’exemple suivant: pour un prêt de 300.000 DH sur 20 ans, la mensualité sera de 2.350 DH TTC par mois au lieu de 2.150 DH, soit une augmentation de 200 DH (+ 9,35%). Cette hausse touchera également les anciens clients dont les taux variables sont révisables annuellement date anniversaire. Pour conclure, une véritable surchauffe se dessine à court terme et qui peut affecter sensiblement la rentabilité bancaire, la clientèle, voire la production. Il faudra pour cela souhaiter un revirement de tendance consécutif à un retour de liquidités abondantes, à l’afflux d’investissements étrangers massifs, à l’amélioration de l’épargne et des autres agrégats économiques, à des besoins moins conséquents du Trésor ou encore à une politique plus incitative des pouvoirs publics.Propos recueillis par Said MABROUK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc