×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tanger/tourisme: Léger recul en septembre

Par L'Economiste | Edition N°:2650 Le 13/11/2007 | Partager

. - 25% enregistré en termes de nuitées . Les nouvelles liaisons maritimes portent leurs fruitsAOUT et septembre n’ont pas été de bons mois selon les opérateurs touristiques de Tanger. Ces contre-performances sont d’ailleurs confirmées par le ministère du Tourisme. Ainsi, tant en matière d’arrivées que de nuitées, la tendance était à la baisse. Mais les professionnels demeurent confiants, car celle-ci n’est que conjoncturelle. Donc, le nombre de nuitées a connu une chute de près de 25% en septembre, comparativement à la même période de l’année dernière. Tanger se positionne en deça de la moyenne nationale qui n’a chuté que de 9% par rapport à la même période en 2006. A noter que ce score est dû essentiellement à l’effet du mois de Ramadan, une période où les déplacements se font plus rares. Malgré tout, en chiffres cumulés par rapport à l’année dernière, les neuf premiers mois de 2007 connaissent une petite augmentation de 2%. Selon les professionnels, il s’agit d’un redéploiement des arrivées de touristes nationaux et internationaux sur les autres mois de l’année. Par catégorie d’hôtels, ce sont les 3 et les 5 étoiles qui ont le plus souffert. Les premiers ont connu une chute de 33% en ce qui concerne les nuitées, alors que les 5 étoiles ont chuté de 23%. Les 4 étoiles affichent, eux, une régression de 3% par rapport à septembre 2006. La baisse s’explique aussi par l’essoufflement du marché des résidents (-27%). Par contre au niveau international, la baisse est plus relative, soit 23%. Mais côté espagnol, la chute est de 30%. Un véritable coup dur pour le secteur. Mais l’activité devrait redémarrer progressivement et atteindre sa vitesse de croisière à partir de la fin de l’année. En effet, de nouveaux marchés semblent attirés par la destination. Ceux-ci sont favorisés par l’ouverture des nouvelles lignes maritimes, notamment vers Gênes en Italie. De fait, depuis début septembre, deux navires assurent des fréquences avec le port italien. Mais il faut savoir garder le cap et trouver des formules attrayantes pour les deux prochaines années. Le Ramadan va tomber durant la haute saison et il s’agit de ne pas perdre une clientèle durement conquise. De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc