×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tanger-Tétouan: Un plan-pilote pour la gestion des déchets

Par L'Economiste | Edition N°:958 Le 15/02/2001 | Partager

De notre correspondant, Ali ABJIOU. Le projet, fruit d'un partenariat avec les Allemands, est dans sa phase diagnosticCe sont 314.706 tonnes de déchets ménagers qui sont produits chaque année par la région de Tanger-Tétouan, soit près d'un millier de tonnes par jour ou l'équivalent de soixante camions. Que faire de ces déchets, comment s'en débarrasser de la manière la plus efficace et la moins dangereuse? C'est la question à laquelle tente de répondre le plan régional de gestion des déchets élaboré par le Département de l'Environnement en collaboration avec le Conseil régional de Tanger-Tétouan et l'Agence pour la Coopération Maroco-Allemande (GTZ)(1). Tanger-Tétouan a été choisie comme région-pilote pour la réalisation de ce plan qui devrait être généralisé à l'ensemble du pays. Pour le moment, il est encore en phase de diagnostic. Mais il est censé tracer la voie pour une meilleure gestion des déchets dans la région. Planification des futures décharges contrôlées, mise en place de sites de versement pour les déchets inertes, amélioration de la collecte, promotion du recyclage et, surtout, une évaluation des besoins de financement de ce type d'actions, tels sont les objectifs du plan. Ce dernier doit tenir compte de la situation actuelle alarmante en matière de gestion des déchets rejetés aussi bien par les ménages que pour les industriels. Avec une population de 2,2 millions d'habitants (2,8 millions en 2010), chaque habitant de la région est responsable de 140 kg de déchets ménagers par an. Le total finit dans les décharges et doit donc être ramassé. Mais le taux de collecte diffère selon les villes et les communes. Pour celle de Tanger-Médina par exemple, il est de 65%, contre 85% pour Charf ou encore des villes comme Chefchaouen. Ceci s'explique, selon les initiateurs du plan, par l'insuffisance des moyens humains et matériels dont souffrent les communes. Pour Tanger-Médina et Charf, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, car le service a été concédé à une entreprise privée.


Un camion pour 11.000 habitants

Selon les statistiques communiquées lors de la rencontre, chaque 11.000 habitants ont droit à moins d'un camion de ramassage d'ordures. Le manque de moyens humains s'est fait également sentir depuis la réduction du nombre de saisonniers payés par l'Entraide Nationale. Le plan initié pour la gestion des déchets mentionne un faible niveau de recouvrement des taxes qui devraient servir à financer ce service. Si le total de la taxe d'édilité était encaissé, ce serait un pactole de plus de 30 millions de DH pour la ville de Tétouan et 20 millions pour Tanger, est-il indiqué. Justement, c'est au niveau des financements que ça coince. Car si le plan donne des indications sur la manière d'affronter les divers problèmes liés à la gestion des déchets, il ne semble pas aussi évident que l'on trouve l'argent.(1) Ce plan a été présenté lors d'un atelier organisé à Tanger en début de semaine en présence de M. Mohamed El Yazghi, ministre chargé de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de l'Environnement.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc