×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Tanger secouée par une affaire de meurtre

    Par L'Economiste | Edition N°:2560 Le 02/07/2007 | Partager

    . Un Irlandais, directeur d’usine, retrouvé assassiné à Hakkama. Il aurait été victime d’un rapt qui a mal tourné La série noire continue à Tanger. Après l’arrestation de policiers ripoux et du directeur de la conservation foncière, c’est une autre affaire qui occupe l’attention des habitants. En effet, la police a découvert, jeudi dernier, le corps d’un ressortissant irlandais dans les environs de Hakkama, à 30 km de Tanger. Le corps, selon le rapport du médecin légiste, présente les traces d’un traumatisme dû à un coup porté avec un objet dur. Cette découverte macabre fait suite à une enquête diligentée par les services de la police judiciaire après la disparition, il y a quelques semaines, de l’Irlandais, dirigeant de deux entreprises locales. Quatre personnes ont été arrêtées dont un commissaire de police. Pour l’heure, son identité n’a pas été divulguée. Selon des sources proches du dossier, c’est dans le cadre des interrogatoires des membres de la cellule de policiers racketteurs (cf. www.leconomiste.com), mis sous les verrous la semaine dernière, que l’affaire a éclaté. A.C.S, 47 ans, marié et père de deux enfants, a été enlevé le 8 mai dernier. La disparition, notifiée par sa femme le 12 mai, avait été liée dans un premier temps aux problèmes des deux entreprises qu’il dirigeait, dont l’une était en saisie judiciaire. Le 18 mai, l’affaire a été «classée» par le commissaire en charge du dossier. Ce dernier aurait déclaré à la famille que l’Irlandais a quitté le territoire via l’aéroport Mohammed V. Etayant par la même occasion les rumeurs qui circulaient sur les entreprises dirigées par A.C.S. A ce jour, les policiers continuent leur travail d’investigation sur le degré d’implication du commissaire dans la disparition du ressortissant irlandais. Selon les premiers éléments de l’enquête, les kidnappeurs auraient obligé A.C.S. à signer un contrat de vente d’une de ses entreprises. Une fois l’opération effectuée, ils l’auraient tué et jeté son cadavre dans une carrière à Hakkama. La victime, installée depuis une vingtaine d’années à Tanger, jouissait d’une bonne réputation parmi ses proches. Mais ils ne manquent pas de relever les problèmes à répétition dont il aurait souffert dernièrement. Ses deux entreprises étaient en difficulté. La première était en liquidation judiciaire, l’autre était confrontée à un grave conflit social avec les employés.


    La police dans la ligne de mire

    L’implication de policiers dans différentes affaires ces dernières semaines ternit l’image de la police tangéroise. En effet, les affaires Izzou et Bin Louidane ont entraîné dans leur sillage un grand nombre de fonctionnaires de la police. Des voix commencent à s’élever à Tanger pour que des mesures soient prises afin de redorer la sécurité locale. De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc