×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tanger: Remous autour du transfert de la gare ferroviaire

    Par L'Economiste | Edition N°:494 Le 27/04/1999 | Partager

    · La gare actuelle sera transformée en musée
    · Les nouvelles installations ouvriront en 2003
    · Cafés et petits commerces inquiets


    Le transfert de la gare ferroviaire de Tanger à 7km de la ville, à Moghogha, divise les habitants de la capitale du Détroit. D'un côté, les gérants des petits commerces et cafés s'inquiètent de la perte d'une partie de leur fonds de commerce et, de l'autre, des habitants qui redoutent l'insécurité qui caractérise l'endroit qui va accueillir la nouvelle gare des chemins de fer. A l'ONCF on précise que la décision du transfert de la gare est irréversible.

    Tanger mérite mieux


    Et pourtant, de nombreuses pétitions commencent à arriver aux autorités et dans les rédactions de la presse locale, sans oublier les banderoles installées devant la gare et qui ont été retirées. "Nous ne sommes pas contre le transfert de la gare, mais Tanger mérite mieux. Le touriste quand il vient, Tanger est le point zéro pour son périple, et si on le met dans une gare de préfabriqué, qu'est-ce qu'il gardera de cette ville?», s'indigne M. Jamal Ben Abdessadak, directeur d'une agence de voyages située à quelques mètres de l'actuelle gare. Les innombrables pensions, cafés et agences qui longent la Corniche vont devoir redoubler d'ingéniosité et de créativité pour survivre. «Déjà, quand on a transféré la gare routière, notre commerce a baissé. Maintenant qu'on nous enlève la gare, je ne sais pas de quoi on va vivre», s'indigne Haj Saïd, propriétaire d'une pension, vieille de plus de 80 ans. La gare de Tanger existe depuis plus de 70 ans. La gare actuelle, située à l'entrée du port sera transformée en musée.
    "La construction d'une nouvelle gare représente une opportunité pour le développement de la ville", affirme M. Mustapha Farouki, responsable des installations fixes de l'ONCF dans la région. Le rythme de réalisation du chantier permettra l'ouverture de la gare dans les délais en dépit de quelques petits retards dus aux pluies du mois de mars, rassure M. Farouki.
    Beaucoup de Tangérois ne sont pas du tout rassurés. Le quartier qui abritera la gare de l'ONCF inquiète nombre de voyageurs. L'endroit est réputé pour ses problèmes d'insécurité. Et les dommages qu'a connus l'ONCF dans cette région ne sont pas des moindres. En effet, lors du passage des trains, les vitres volent souvent en éclats à cause des cailloux lancés par les gamins.
    Les responsables promettent qu'un poste de police avec une équipe étoffée sera installé dès l'inauguration pour dissuader toute velléité...: "Nous avons eu la promesse de la part des autorités", certifie M. Farouki. Par ailleurs, le transfert de la gare à Moghogha est confronté à deux problèmes majeurs: les égouts avoisinants qui débordent en été et les inondations en hiver qui peuvent gêner considérablement la circulation des trains.

    Ilham BERRADA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc