×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Tanger Med
450 millions de DH pour l’eau et l’électricité

Par L'Economiste | Edition N°:2663 Le 30/11/2007 | Partager

. Le contrat octroyé à un consortium franco-marocainC’est le groupement formé par l’Office national de l’électricité (ONE), l’Office national de l’eau potable (ONEP), Pizzorno Environnement et sa filiale Segedema, qui a été sélectionné pour la gestion déléguée des services de l’eau, l’électricité et l’assainissement solide au port de Tanger Med. Le service d’éclairage public est également au menu. La convention a été signée, le 28 novembre, au siège de la Primature à Rabat entre les membres du groupement et l’Agence Tanger Med (TMSA). Le groupement compte, selon les termes de cette convention, investir 450 millions de DH, soit 39 millions d’euros sur les 15 prochaines années, pour assurer les besoins du complexe portuaire, de ses dépendances et de la zone franche logistique.La mission du consortium franco-marocain est de fournir des prestations conformes aux standards internationaux. Car le niveau de la qualité des prestations fournies constituera un élément déterminant pour améliorer l’attractivité et la compétitivité de ce port. «Doté d’une capacité de 3,5 millions de conteneurs, le port sera exploité à plein régime dès 2015», indique Saïd El Hadi, président du directoire de TMSA. Pour le concessionnaire, l’affaire est rentable. En effet, un chiffre d’affaires annuel de 300 millions de DH est prévu. Notons par ailleurs que la signature de cette convention constitue un cadre idoine pour promouvoir le partenariat entre le secteur privé français et des entreprises publiques marocaines. Sur ce volet, il faut signaler que ces dernières détiennent la majorité du capital de la société concessionnaire avec 48% pour l’ONE et 42% pour l’Onep. Le reste est partagé entre les deux partenaires français : Pizzorno Environnement (8%) et Segedema (2%). A noter que les besoins annuels du port en eau sont estimés à 3,4 millions de m3, selon les responsables de l’Onep. Ce volume sera utilisé pour satisfaire les demandes de clients en eau potable pour la consommation. Et également pour les travaux de nettoyage des navires et des différentes installations du complexe. L’alimentation de ce dernier se fait actuellement à partir du barrage du 9 Avril. «La construction du barrage d’Oued Ramel, dont les travaux sont bien avancés, constituera une seconde source d’alimentation du port», précise Ali Fassi Fihri, directeur général de l’Onep. Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc