×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tanger: Les touristes nationaux sauvent la mise

Par L'Economiste | Edition N°:1600 Le 12/09/2003 | Partager

. Les arrivées des nationaux compensent les pertes sur le marché espagnol C'est une saison estivale satisfaisante que vient de boucler Tanger et sa région. Le mois de juillet a connu ainsi un des meilleurs résultats des dernières années avec une augmentation de 10,7%, selon les chiffres de la délégation du tourisme de Tanger. Ainsi, ce sont 38.561 personnes qui ont visité la ville pendant le mois de juillet. Et les chiffres du mois d'août promettent d'être encore meilleurs: on table sur une augmentation de plus de 16%, selon des professionnels. Cette hausse est due principalement aux touristes nationaux dont les arrivées ont été dopées par les promotions du programme “Konouz Biladi”. A noter pour le mois de juillet, qu'une hausse de plus de 15% a été enregistrée pour les nationaux avec 25.439 arrivées. Le tourisme étranger de séjour a enregistré une modeste avancée de 2,5% en matière d'arrivées. La cause de ce maigre résultat: les marchés espagnol et américain. Ces derniers ont enregistré des chutes situées entre 5 et 6%. Le recul du marché espagnol inquiète plus d'un professionnel. En effet, il reste le principal pourvoyeur de visiteurs étrangers de la ville et ce, sur toute l'année. Sa chute est expliquée par la conjoncture internationale mais aussi par les récents événements tragiques de mai dernier où des intérêts espagnols avaient été visés. Selon les professionnels, la sur-médiatisation de l'événement en Europe fait peur aux Espagnols. “Ces clients restent vigilants au moins 3 mois avant de commencer à oublier ces événements tragiques. Ce n'est qu'après l'été qu'ils devraient en principe revenir”, note un hôtelier. Mais encore faut-il miser fort sur la promotion. Paradoxalement, le marché français a gagné des points avec une remontée de 6,2%. Un résultat qui s'explique par les promotions des hôteliers locaux envers les voyagistes français. Ces derniers ont ainsi profité de l'absence des Espagnols pour venir. Globalement, la ville de Tanger a mieux rempli ses hôtels pendant le mois de juillet. La ville a affiché une moyenne de 50,5% d'occupation, contre 48,7% en 2002. Côté rendement, ce sont les hôtels cinq étoiles qui réalisent les meilleurs scores en matière de taux d'occupation, avec près de 75% de moyenne suivis des 4 étoiles avec 55%. De notre correspondant, Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc