×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Affaires

Tanger: La mairie veut améliorer ses recettes

Par L'Economiste | Edition N°:2496 Le 30/03/2007 | Partager

. Augmenter les ressources, une des priorités actuelles. 284 millions de DH de créances à recouvrerLa discussion du budget de la Ville de Tanger a constitué encore une fois l’occasion de rappeler la croissance galopante des créances en souffrance. Cette année, le montant des recettes à recouvrer par la Ville de Tanger a atteint 284 millions de DH, un chiffre qui reste provisoire, selon la mairie de la ville. Ce manque à gagner a réduit les recettes de la ville lors de l’exercice 2006 de presque moitié, les faisant passer de 629 millions de DH à 345,5 millions de DH. Les recettes liées aux taxes municipales et assimilées représentent la grosse part des ressources avec près de 135 millions de DH, soit une augmentation par rapport à la même période de 2005 de 14%. Les impôts et taxes reversés par le ministère des Finances représentent une autre source non négligeable de financement pour Tanger. Ce poste représente près de 126 millions de DH, dont 83,5 millions de DH au titre de la TVA.Le marché de gros constitue l’une des plus importantes sources de revenu pour la Ville de Tanger. En 2006, il a rapporté 21,6 millions de DH de recettes, soit une augmentation de 14% par rapport à la période de l’année dernière. Ce marché pourrait, selon la commission chargée du Budget et des Finances au sein de la municipalité de Tanger, voir ses recettes augmenter encore plus; sa situation actuelle ainsi que le manque de fermeté au niveau de ses accès en ont fait un véritable marché au détail loin de sa vocation naturelle de marché de gros pour les fruits et légumes. La construction d’un nouveau marché de gros devrait aider à retrouver le contrôle sur ce secteur. Mais ce sont surtout les recettes liées au transport des viandes qui ont connu une croissance spectaculaire, passant de 85.000 DH à plus d’un million de DH, selon un document du Conseil de la Ville de Tanger. Une progression attribuée aux efforts de mise à niveau du secteur et de la lutte contre l’abattage clandestin.  Au niveau de la fourrière, les recettes sont en revanche à la baisse. En 2006, les recettes de la fourrière de Tanger ont représenté 2 millions de DH, soit 800.000 DH de moins qu’en 2005.De notre correspondant, Ali Abjiou

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc