×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tanger: La corniche se refait une beauté

Par L'Economiste | Edition N°:2139 Le 27/10/2005 | Partager

. Elle est rénovée avec des couleurs ocre. La wilaya engagée dans la réhabilitation de la baie Chose promise, chose due. Le wali de la ville, Mohamed Hassad, avait annoncé peu de temps après sa nomination qu’il allait réconcilier Tanger avec sa corniche. Les travaux n’ont pas tardé et ont démarré à la fin du mois de septembre. L’objectif est de rendre un brin de beauté à l’un des endroits les plus mythiques de la cité du détroit. Le chantier a commencé par l’ouverture de larges brèches le long du mur longeant l’ancienne voie ferrée. Les travaux se limitent actuellement à la partie de la corniche enclavée entre la voie ferrée et l’avenue des FAR. L’opération a permis d’agrandir la vue et au promeneur de retrouver l’un des attraits de toute ville balnéaire, sa corniche. Le mur était occupé par les balnéaires, des bars-restaurants installés le long du vieux chemin de fer. “Un ultimatum a été adressé à ceux qui ont outrepassé les limites urbanistiques”, indique une source proche du dossier. L’objectif est de revenir au niveau zéro de la chaussée. En clair, aucune construction en hauteur ou mur ne doit bloquer la vue sur la plage. A l’opération de ratissage s’ajoute aussi un lifting d’ensemble. Des couleurs ocre ont été choisies pour “uniformiser” l’ensemble. “Tanger a beaucoup perdu”, déplore Hassad à l’occasion d’une rencontre avec les opérateurs touristiques de la ville. Selon lui, la réhabilitation de la corniche rentre dans le cadre d’un programme global de mise à niveau de la ville de Tanger et l’amélioration de son look. “Et la corniche est le principal attrait de Tanger”, ajoute le wali. D’ailleurs, ce dernier a de grandes ambitions pour Tanger. “Ce n’est que le début, nous n’avons pas encore commencé à dépenser le budget réel consacré à la réhabilitation de la ville”, explique-t-il. Les mesures prises pour l’aménagement de la corniche ne sont pas du goût de tout le monde. Surtout ceux qui avaient commencé à construire en hauteur. Mais cela n’a pas empêché les pouvoirs publics -conformément à la loi- d’utiliser pelleteuses et bulldozers pour reprendre possession du domaine public. Parallèlement, des actions de remise à niveau de l’accès principal de la plage ont été entamées. Il s’agit notamment de rénover le carrelage et le mur de garde de la placette donnant accès à la plage. Les remparts ont été démontés et remplacés par de la pierre taillée ocre. “Ce qui ne manque pas d’originalité”, selon certains observateurs. L’action menée au niveau de la corniche n’est que la partie visible de l’iceberg de la nouvelle vision adoptée par la wilaya. L’ancien wali de Marrakech s’est montré en effet intransigeant en matière de normes urbanistiques. Plusieurs promoteurs immobiliers ont été rappelés à l’ordre pour qu’ils se conforment aux lois et plans d’origine. Les irrégularités ont été détruites à coups de pelle et de pioche. Craignant le pire, des constructeurs ont procédé aux rectifications d’eux-mêmes. La réalité est que le secteur de l’urbanisme connaît depuis plusieurs années une réelle pagaille. Des promoteurs véreux ayant pignon sur rue n’hésitaient pas à soudoyer des agents communaux. Souvent, ils préféraient payer une amende au lieu de se conformer à la loi. La construction d’un étage supplémentaire compensant largement le prix de la contravention.


Lifting

Le projet de rénovation de la corniche a été approuvé par le Conseil de la mairie en juillet dernier. Il est le fruit d’un accord signé entre l’Agence de développement du nord (ADPN) et le Conseil de la ville de Tanger. Une enveloppe budgétaire de près de 35 millions de DH lui est allouée, dont 15 millions seront financés par l’ADPN. Le projet porte sur la création d’espaces verts et le contrôle des constructions tout le long des cinq kilomètres de la corniche. Les panneaux publicitaires ainsi que tout grillage et mur d’enceinte disparaîtront afin d’éviter tout obstacle entre la plage et la route côtière. Route qui sera réaménagée en double voie et ceinturée d’une large bande d’espaces verts.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc