×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Tanger à l’heure du court métrage

Par L'Economiste | Edition N°:3379 Le 08/10/2010 | Partager

. 53 productions projetées jusqu’au 9 octobre. Abdellatif Lâabi et l’Egyptien Ezzat El Alaily au rendez-vous Tanger vit au rythme du cinéma. La huitième édition du Festival méditerranéen du court métrage connaît l’engouement des cinéphiles. Organisé par le Centre cinématographique marocain (CCM), la manifestation est marquée par des productions originales et de qualités. Ainsi 53 films, représentant 19 nationalités, sont programmées jusqu’au samedi 9 octobre. Le Maroc y participe naturellement. Cinq productions de jeunes cinéastes nationaux sont en lice. L’occasion pour les amateurs des courts métrages ainsi que pour les professionnels du cinéma de se rencontrer et de discuter lors des débats organisés en marge des projections. Le jury est présidé cette année par l'écrivain Abdellatif Laâbi. Il comprend les cinéastes marocaine et tunisienne Farida Belyazid et Salma Beccar, la comédienne Touria Alaoui, le directeur espagnol des programmes culturels de la TVE Pere Roca, le producteur et réalisateur algérien à France 2 Mohamed Mebtou ainsi que Hauvick Habechian, journaliste et critique de cinéma libanais. Le jury annoncera les prix samedi soir lors de la cérémonie de clôture du Festival. La journée sera également marquée par la conférence qui sera animée par l’acteur égyptien Ezzat El Alaily. Elle aura pour thème « l’art d’être acteur ». Les organisateurs s’attendent à faire salle comble car El Alaily figure parmi les grands acteurs du cinéma égyptien. A noter que ce festival conforte la position de la ville du détroit en matière de culture et de cinéma. Tanger réussit ainsi à se placer sur le club très serré des villes marocaines ayant une vocation cinématographique telles que Marrakech ou encore Ouarzazate. La ville en récolte non seulement des bénéfices en termes d’image, mais aussi économiques. Pendant sept jours, les infrastructures d’accueil de la ville font le plein, permettant de rallonger encore un peu la saison touristique à Tanger. L’effet de promotion est important, à tel point que même les grands producteurs s’intéressent à Tanger et la mettent en avant. Parmi les récentes productions figurent The Bourne Ultimatum mais aussi d’autres productions internationales ou même nationales qui s’inspirent de l’aura de mystère dont est entourée la ville de Tanger. De notre correspondant Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc