×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tanger et Tétouan, villes pilotes pour la promotion de chauffe-eau solaires

    Par L'Economiste | Edition N°:657 Le 10/12/1999 | Partager

    De notre correspondante, Ilham BERRADA

    · Cinq cent kits pour le lancement du programme

    · Le projet sera réalisé en coopération avec le Gouvernement autonome d'Andalousie

    · Le démarrage est prévu pour janvier 2000


    Les villes de Tanger et Tétouan ont été choisies pour la promotion des chauffe-eau solaires, dans le cadre du PROMASOL (programme marocain de promotion de l'énergie solaire thermique), réalisé par le Ministère de l'Energie, le Centre de Développement des Energies Renouvelables (CDER) et l'ONE (Voir notre édition du vendredi 3 décembre 99).
    Le programme de promotion des kits de chauffe-eau solaires à Tanger et Tétouan est réalisé en partenariat avec le gouvernement autonome d'Andalousie à travers la SODEAN (Société de Développement Energique en Andalousie). Cette dernière est une entreprise publique chargée de la promotion de l'énergie solaire pour le programme espagnol PROSOL, dont l'équivalent au Maroc est le PROMASOL.
    Cette phase pilote du programme consiste en l'installation de 1.000 m2 de chauffe-eau solaires individuels dans les deux villes. 2 m2 pour chaque kit, soit 500 systèmes, pour une capacité de 150 litres quotidiens. "Ces 500 kits ne sont pas une fin en soi, c'est une première phase de promotion qui permettra d'analyser l'accueil des gens quant à l'énergie solaire", a expliqué à L'Economiste, M. Mohamed Derai, directeur des Programmes et Projets au CDER .

    Six installateurs prêts


    En fait, la phase pilote constitue une première action pour tester les dispositions financières et techniques élaborées dans le cadre du PROMASOL. Elle vise également la promotion de partenariat entre les opérateurs techniques et financiers.
    Le climat marocain est plus que favorable au développement de telles énergies. "Le soleil, ce n'est pas uniquement le tourisme", indique M. Gabino Alonso Arza, chef du Département de Promotion et Planification Energique, au Gouvernement autonome d'Andalousie. Selon M. Arza, le programme de développement de l'énergie solaire en Espagne a commencé très timidement en 1984. Seize ans après, la demande dépasse l'offre.
    Selon des responsables espagnols, si au début des années 80, l'Espagne faisait du tapage sur le programme, aujourd'hui le Gouvernement autonome d'Andalousie est très discret. En effet aujourd'hui, il est difficile de répondre à toutes les demandes. L'expérience donc de l'Andalousie devient nécessaire au programme marocain. Les deux villes pilotes du programme ne disposent aujourd'hui d'aucun fabricant, mais six installateurs sont déjà prêts. Ils ont été formés par des Espagnols. Le Gouvernement autonome d'Andalousie apportera deux millions de Dollars au projet.

    Crédit spécifique


    Le démarrage de l'opération est prévu pour début janvier. Le programme envisage de mobiliser et adapter les outils de financement existantS. Les organismes financiers seront invités à créer une nouvelle ligne de crédit spécifique aux chauffe-eau solaires. Ce financement devra couvrir au maximum 90% du coût du système. Le programme mettra en place des mécanismes incitatifs visant la réduction progressive des prix en concertation avec la profession. Cette incitation prendra, au niveau de sa phase pilote, la forme d'une prime d'installation dégressive. "Cette prime devra disparaître au bout de 4 ans", précise M. Derai.
    Le montant de cette incitation sera calculé sur la base du coût énergétique revenu (CER)(1). Le CER est une référence des prix qui permet au programme de contrôler les fluctuations des prix de ventes des kits. Pour les systèmes solaires thermiques définis dans la phase pilote, il est établi que le coût énergétique reconnu est de 5.000 DH le m2. Il ne pourra dépasser 10.000 DH. Par ailleurs, dans le cadre de cette promotion, le CDER interviendra auprès des Finances pour demander une baisse de la TVA à 7%.
    Cette première phase touchera d'abord les résidences. Mais toutes les demandes seront les bienvenues. D'ailleurs, l'hôpital espagnol de Tanger est déjà doté de 50 m2, soit une capacité de 4.000 litres d'eau chaude par jour. La phase pilote ne devra pas prendre plus de six mois. Par la suite, c'est le programme national qui démarrera.
    Il est à rappeler que le Maroc ne dépasse pas aujourd'hui les 4.000 m2 d'installation solaire. Or, une étude menée par le CDER, l'ONE, le PNUD et la SODEAN estime le marché potentiel à 400.000 m2 à moyen terme. Cette étude s'est intéressée aux applications individuelles et collectives et a tenu compte des conditions de ménages en milieux urbain et rural.

    (1) CER = EF X PEC X NA X CQD
    EF: Quantité d'énergie fournie par l'installation solaire (MJ/an)
    PEC: Prix de l'énergie conventionnelle (MJ/an)
    NA: Temps de retour de l'installation solaire
    CQD: Coefficient de qualité et de durabilité



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc