×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Tanger, autre capitale nationale du film

    Par L'Economiste | Edition N°:2697 Le 22/01/2008 | Partager

    . Elle se dote aussi d’un festival dédié au 7e art. La priorité accordée aux cinéastes marocains Tanger, nouvelle destination cinématographique. En effet, la capitale du détroit vient d’entrer dans le cercle très fermé des villes marocaines ayant une vocation cinématographique telles que Marrakech ou encore Ouarzazate. En décidant d’accueillir de façon permanente le Festival national du film, Tanger se place ainsi sur le palmarès national du film national. La nouvelle, qui a été annoncée récemment, n’a pas manqué de ravir les amateurs du 7e art dans la région. A noter, toutefois, que cette annonce n’est qu’une confirmation d’un état de fait. En effet, les deux dernières éditions du Festival national du film ont été organisées dans la capitale du détroit en 2005 et 2007. Aujourd’hui, les organisateurs – en l’occurrence le Centre cinématographique marocain (CCM) - misent sur l’engouement que suscitent, depuis plusieurs années, la ville et sa région. En même temps, le festival passe à la vitesse supérieure et sera dorénavant organisé tous les ans. La périodicité retenue depuis son lancement en 1982 était d’une édition tous les deux ans et trouvait son explication dans le caractère peu prolifique du cinéma national avec un peu plus d’une douzaine de films produits par an au Maroc. Mais l’augmentation du montant du fonds d’aide cinématographique, soit 40 millions de DH en 2007, incite les producteurs à faire des efforts. Durant l’édition 2007, plus de 25 longs métrages ont participé. Au menu, notamment «What a Wonderful World», de Faouzi Bensaidi, ou encore «Wake-up Morocco» de Narjiss Nejjar. Le public a eu aussi l’occasion de découvrir la dernière œuvre de Farida Bourkia, «Souk Nsaa». Selon les organisateurs, la priorité sera accordée aux cinéastes nationaux. Le challenge est de taille pour Tanger. Les retombées d’une telle manifestation sont indéniables pour la ville et sa région. Tant en matière d’animation que de promotion touristique. Les opérateurs locaux applaudissent l’initiative. Certains ont déjà commencé à préparer leurs établissements pour accueillir dans les meilleures conditions les invités du festival. C’est certain, Tanger retrouve peu à peu son lustre d’antan. Grâce au festival du court métrage méditerranéen et le tournage de grosses productions, comme Bourne Identity interprété par Matt Damon, la ville retrouve le-devant de la scène, avec ses mystères, ses richesses et tout son potentiel touristique. A noter enfin que la réalisation d’un film américain à gros budget est annoncé au cours de ces prochaines semaines. Pour l’heure, les noms du producteur et des stars n’ont pas encore été dévoilés. De notre correspondant, Ali Abjiou

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc