×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Tanger: 15 jours pour élire un nouveau président

Par L'Economiste | Edition N°:3389 Le 22/10/2010 | Partager

. Le maire, Samir Abdelmoula, claque la porte, accompagné des membres de son parti. L’opposition du PJD serait derrière cette démissionC’est une première dans l’histoire du Maroc. La démission de Samir Abdelmoula, président du Conseil de la ville de Tanger et des membres du bureau appartenant à son parti, le PAM, a eu l’effet d’une bombe. Au début, l’annonce n’avait pas été prise au sérieux, certains ayant pensé au canular. En effet, la démission du maire est la conséquence d’un blocage total au sein du Conseil de la ville de Tanger, une situation qui a persisté depuis plusieurs mois. Abdelmoula, avec cinq membres du Conseil sous la bannière de son parti et quelques indépendants, ne faisait pas le poids devant les vingt membres dont jouit tant le PJD que le RNI au sein du Conseil. D’ailleurs, le PAM ne contrôlait aucune des commissions de la mairie. Celles-ci étaient entre les mains du PJD, du RNI et de l’UC. Ce qui confirme encore le peu de marge de manœuvre dont jouissait Abdelmoula et ses adjoints. La confrontation s’est nettement aggravée lors de la session ordinaire de juillet. Reportée à plusieurs reprises, elle avait été finalement convoquée pour le 5 octobre dernier. L’opposition menée par le PJD a alors sorti la grosse artillerie en invoquant «la charte collective» qui interdit la tenue de deux sessions ordinaires lors du même mois, celle d’octobre étant en instance de convocation. Or, il semble, selon les observateurs, que c’est en prévision de la session d’octobre que la démission du maire et de son bureau est intervenue. En effet, cette session reste cruciale dans la mesure où elle devrait se consacrer à l’étude et l’approbation du budget. Un examen dans lequel le maire et son bureau ont déjà été recalés en 2009. En effet, à l’époque, seul le budget de fonctionnement avait pu être débloqué de la part des autorités de tutelle. Celui relatif à l’équipement avait été refusé par l’opposition majoritaire. La crainte d’un nouveau refus de la part de l’opposition a probablement incité les responsables de la ville à revoir leurs cartes. Par ailleurs, Tanger est à ce jour l’une des dernières villes à ne pas avoir présenté un Plan communal de développement. Ce document, qui devrait permettre à la ville de projeter son développement futur, n’a pas encore été préparé, selon des membres du Conseil. En effet, l’étude n’est toujours pas lancée. Un autre grief reproché au maire pamiste de Tanger est le peu d’implication affichée dans la gestion des affaires de la ville. C’est le cas notamment des sessions du Conseil où il n’assistait que rarement. La démission d’Abdelmouna, directeur général de la Comarit, l’une des plus grosses compagnies maritimes opérant au détroit, a été qualifiée par le parti du «Tracteur» de «courageuse et sans précédent». La prochaine étape consiste en l’élection d’un nouveau maire et d’un nouveau bureau du Conseil. Selon la charte communale, cette élection devrait intervenir dans les deux semaines après la vacance du poste. Ce qui devrait permettre aux prétendants PJD et RNI de bien positionner leurs pions. De notre correspondant, Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc