×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tadla-Azilal lance son plan d’action touristique

    Par L'Economiste | Edition N°:2669 Le 10/12/2007 | Partager

    . Un budget de 15 millions de DH alloué. Le tourisme de montagne comme cibleLe tourisme a besoin d’un sérieux coup de promotion à Tadla Azilal. Les professionnels en sont conscients. Le Centre régional du tourisme (CRT) de la région, créé en juillet 2007, vient de dévoiler son premier plan d’action pour les deux années à venir, lors d’une assemblée, tenue la semaine dernière, à Béni Mellal. Ce plan s’articule autour de plusieurs axes et actions. « L’objectif est d’élaborer un produit touristique adapté aux potentialités de la région », souligne Mustapha Reddad, président du CRT. Une enveloppe de 15 millions de DH est allouée aux différentes actions. La région recèle pas moins de 20 sites d’intérêt touristique et naturels (lacs, cascades, vastes étendues de forêts, plaines et chaînes montagneuses). «Sites qui mériteraient de gros efforts de conservation et de mise en valeur», précise Ahmed El Haouti, directeur du CRI Tadla Azilal. De fait, la région est idéale pour développer des niches très originales comme le tourisme de montage et sportif. Déjà, celle-ci est très prisée par les amateurs de parachutisme et sports nautiques, les chasseurs, pêcheurs et les spéléologues. Autant d’activités à forte valeur ajoutée. Rappelons que 4.000 nuitées sont enregistrées en moyenne et annuellement grâce aux stages de parachutisme organisés à l’aérodrome de Beni Mellal, à 8 km du centre ville. Environ 3.800 nuitées sont-elles générées par la chasse touristique. «Le développement de ce segment aura un impact important, particulièrement sur l’activité touristique de la région et également sur l’ensemble du pays», ajoute le président du CRT. Pour la réussite du projet, il est nécessaire, toutefois, de renforcer son attractivité. Aussi de grosses opérations de promotion sont-elles prévues. De fait, le CRT veut encourager les manifestations à caractère artistique et sportif dans la région. Il est question d’organiser une manifestation dédiée à l’art populaire et au moussem des amandes, à Demnate. Par ailleurs, la participation aux salons internationaux du tourisme est programmée (Fitur à Madrid, Top Résa en France, ITB à Berlin et BIT à Milan. Le renforcement des outils de communication est également prévu. Ainsi, un site internet, des brochures, des guides seront édités. Des workshops et des éductours aux profits des journalistes, des opérateurs et agents de voyages sont par ailleurs annoncés à Beni Mellal. Par ailleurs,  plusieurs nouveaux projets devraient booster le secteur. Le Géoparc M’Goun situé au milieu de la chaîne du Haut Atlas central entre Béni Mellal au nord et la ligne de crête de l’Ighil M’goun au sud. S’étendant sur plus de 12.000km², le Géo parc, qui a nécessité un investissement de 8 millions de DH, est le premier parc géologique du genre au Maroc et en Afrique du Nord (cf :www.leconomiste.com). Autre projet : la création du PAT (pays d’accueil touristiques) du Haut Atlas Central. C’est une maison qui sera implantée dans la ville d’Azilal et constituera un point d’accueil, d’information et de promotion. A titre de contribution au PAT, le conseil régional Tadla Azilal a mobilisé 9,6 millions de DH.


    Flux touristiques

    Selon les dernières statistiques du ministère de tutelle, 64.505 touristes ont visité la région, durant les neuf premiers mois de l’année, soit une augmentation de l5 % par rapport à la même période en 2006. Quant aux nuitées, celles-ci enregistrent une hausse de 12 %. Toutefois, la durée moyenne de séjour ne dépasse pas deux jours. Ce qui handicape fortement l’activité touristique dans la région. C’est le marché français qui caracole en tête des marchés émetteurs. Enfin, notons que les hôtels de la région affichent un taux de remplissage de 28%.De notre correspondante, Hanane HASSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc