×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Surendettement des fonctionnaires: La ligne rouge est fixée à 1.000 DH

Par L'Economiste | Edition N°:519 Le 01/06/1999 | Partager

· En l'absence de données chiffrées, les professionnels parlent de risque de surendettement

· Les sociétés de crédit et l'ex-DOTI préparent une convention


Y a-t-il une raison de s'alarmer? En l'absence de chiffres, difficile en effet d'apprécier le niveau réel du surendettement des agents de l'Etat.
Aussi paradoxale que cela puisse-t-il paraître, les professionnels du crédit souhaitent élargir la clientèle-fonctionnaire. Mais parallèlement, ils s'alarment du surendettement du fonctionnaire. De plus, le secteur n'arrive pas à s'unir autour d'une même démarche pour contenir ce risque. Certains même changent de stratégie commerciale en réduisant la quote-part des crédits réservés à leur clientèle traditionnelle. Des sociétés s'ouvrent ainsi au secteur privé pour équilibrer leurs portefeuilles.
En parlant de chiffres, la seule estimation qui circule est celle déclarée par le président de l'Association Professionnelle des Sociétés de Financement (APSF). Selon ce dernier, le risque de surendettement toucherait actuellement 1% d'une population de 220.000 fonctionnaires ayant contracté un crédit. L'Etat employeur ne pouvant tomber en faillite, les sociétés de crédit à la consommation peuvent dormir tranquilles. Toutefois, à entendre leurs déclarations, le risque du surendettement des fonctionnaires les inquiètent davantage.
De même, les appréhensions des professionnels doublent d'ampleur en l'absence de données chiffrées sur la situation réelle des fonctionnaires.

Aussi, l'APSF a-t-elle donc entamé depuis le 9 avril une série de discussions avec la Direction de la Rémunération et du Paiement des Pensions (DRPP).
Une convention devrait naître de ces tractations. Elle aura pour objet de définir les mesures de prévention contre le surendettement. Des échanges d'informations devraient se renforcer entre les deux acteurs. L'objectif serait de mieux apprécier la capacité de remboursement des fonctionnaires. Cela permettra en premier lieu de prévenir contre la multiplication des engagements d'un fonctionnaire auprès de divers organismes.
En outre, les sociétés de crédit à la consommation cherchent à délimiter le revenu minimum du client, après prélèvement des dettes, à 1.000 DH. Le dispositif est déjà opérationnel pour certaines d'entre elles qui agissent en commun accord. Les autres sont tenues de respecter le seuil minimum de 800 DH fixé par les autorités publiques.
Pour les militaires, une rigueur a été installée par voie interne. Une note de service a subordonné l'obtention de crédit à une décision du chef de corps.


La centrale de contentieux: Une solution?


La prévention des risques de non-paiement passe par la constitution d'une banque de données. C'est un système qui s'inspire de l'archive judiciaire. Les antécédents du client sont ainsi conservés et serviront à apprécier leur solvabilité. Déjà opérationnel sur le plan international, ce système est encore au stade de projet au Maroc. Mise en chantier depuis quelques années, la centrale était prévue pour début 1999. Un appel d'offres a été lancé fin mars 1999 auprès d'une demi-douzaine de prestataires. La mise en place est prévue cette fois, selon l'APSF, avant la fin de l'année..

Khalid TRITKI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc