×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Strauss-Kahn dans le collimateur de la justice

    Par L'Economiste | Edition N°:631 Le 04/11/1999 | Partager


    · Mis en cause dans une affaire de corruption, Dominique Strauss-Kahn quitte le gouvernement
    · C'est M. Christian Sautter, secrétaire d'Etat au Budget, qui le remplace


    M. Dominique Strauss-Kahn, ministre français de l'Economie et des Finances, n'accompagnera pas M. Lionnel Jospin dans sa visite au Maroc pour la haute Commission mixte maroco-française prévue pour les 4 et 5 novembre. Pour cause, son départ du gouvernement annoncé hier mardi. Le jour même, a été nommé en remplacement l'actuel secrétaire d'Etat au Budget, M. Christian Sautter.
    "Si je démissionne, je le dis avec force, ce n'est en aucune manière parce que je me sens coupable", a indiqué M. Strauss-Kahn. Mis en cause dans une affaire de corruption, il avait rencontré à plusieurs reprises le week-end dernier le premier ministre socialiste, M. Lionel Jospin. Il a décidé finalement de crever l'abcès dans une affaire qui éclabousse la gauche, au pouvoir depuis 1997. "DSK", comme il est surnommé (ce sont ses initiales), a perçu en 1997 la somme de 600.000 de FF (près de 900.000 DH) de la MNEF, la principale mutuelle étudiante de France pour une éventuelle prestation fictive, comme avocat conseil dans la revente d'une holding. Les juges Armand Riberolles et Françoise Néher, en charge de l'enquête sur la MNEF, auraient obtenu la preuve que les contrats fixant cette mission ont été antidatés et s'apprêteraient à mettre en examen M. Strauss-Kahn.
    Ce grave accident dans un parcours brillant intervient alors que "DSK" était cité pour diriger la mairie de Paris, voire remplacer M. Lionel Jospin en cas de victoire de ce dernier aux élections présidentielles de 2002. M. Strauss-Kahn s'était imposé dans les enceintes internationales, comme le G7 ou le nouveau Conseil de l'Euro mis en place pour en faire un contrepoids à la Banque Centrale Européenne.
    La Bourse de Paris a reculé de 0,78% mardi en milieu de journée juste après l'annonce de sa démission. Le groupe socialiste à l'Assemblée Nationale a exprimé à l'unanimité "son amitié, sa solidarité et sa confiance" à M. Strauss-Kahn.
    Marié en troisièmes noces en 1991 avec la célèbre journaliste de télévision Anne Sinclair, il est père de quatre enfants nés de ses deux précédents mariages.

    Hicham RAIQ (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc