×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Stratégie nationale contre le cancer du col de l’utérus

    Par L'Economiste | Edition N°:2362 Le 15/09/2006 | Partager

    . Des vaccins existent mais ne sont pas encore disponibles au Maroc . Le virus HPV, responsable de ce cancer, se transmet comme une MST. Un frottis vaginal tous les 3 ans suffit pour prévenirC’est aujourd’hui que s’ouvre le Symposium international sur la prévention du cancer du col de l’utérus à Skhirat. Organisé par l’Association Lalla Salma de lutte contre le cancer, ce congrès de deux jours sera marqué par l’allocution de SAR la princesse Lalla Salma, présidente de l’association et ambassadrice de bonne volonté de l’OMS pour la Promotion et la prévention des soins du cancer. C’est dire l’importance accordée à ce thème. Prévention et sensibilisation sont donc les mots d’ordre de cette rencontre, qui réunit des spécialistes nationaux et internationaux. En effet, le cancer du col de l’utérus est loin d’être une fatalité. Il peut être guéri à 100% s’il est dépisté à temps, assurent les spécialistes. Preuve en est le recul de cette maladie dans les pays développés. Malheureusement, la majorité des Marocaines (75%) consultent trop tardivement le médecin, à un stade très avancé de la maladie. L’ignorance et l’indigence sont les plus grands facteurs de risque. “Ce cancer est plus fréquent dans les sociétés à bas niveau socioéconomique”, constate le professeur Abdellatif Benider, chef du service d’oncologie du CHU Ibn-Rochd à Casablanca et président de la Société marocaine de cancérologie. Ce qui explique que 80% des cas de décès sont comptabilisés dans les pays en développement. Selon les statistiques mondiales: le cancer du col de l’utérus est le 2e cancer féminin le plus fréquent au monde, avec 470.000 nouveaux cas et 250.000 décès par an. Selon l’OMS, si aucune mesure préventive n’est prise, les décès par cancer du col de l’utérus devraient augmenter de 25% au cours des 10 prochaines années dans les pays en développement. Au Maroc, ce cancer, qui était jusqu’à récemment le premier chez les femmes, est passé aujourd’hui en 2e position après celui du sein. Onze nouveaux cas sur 100.000 femmes sont enregistrés chaque année, selon le professeur Abdellatif Benider. Ce mal insidieux représente 15% de l’ensemble des cancers à travers le Royaume. Pourtant, il suffit d’effectuer un frottis vaginal tous les 3 ans pour éloigner à jamais le spectre de cette maladie sexuellement transmissible. En effet, c’est un virus appelé communément HPV qui en est responsable, ce que nombre de gens ignorent. Pour l’éviter donc, il suffirait de prendre les mêmes précautions que pour les autres MST (comme le sida). Autrement dit: une bonne hygiène intime, des rapports sexuels protégés, ne pas multiplier les partenaires, ne pas fumer… Pour être tranquille, “toute femme, devrait faire son 1er frottis dès sa 1re année d’activité sexuelle et au moins tous les 3 ans, jusqu’à l’âge de 55 ans”, poursuit Abdellatif Benider. Autre espoir pour les femmes : l’existence de vaccins anti-HPV de type 16 et 18 (les formes les plus fréquentes au Maroc). Développés par les laboratoires GlaxoSmithKline (Cervarix) et Merck (Gardasil), ces vaccins, déjà introduits dans des pays développés, ont montré leur efficacité pour la prévention. Le vaccin anti-HPV est l’un des sujets qui seront débattus à ce symposium. Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc