×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Station Mazagan: De nouvelles niches touristiques identifiées

Par L'Economiste | Edition N°:2365 Le 20/09/2006 | Partager

. Des projets pour développer les Tazotas, la Casbah de Boulaouane et la fauconnerie. Une station dédiée aux touristes nationaux à l’étude Selon le contrat entériné par les partenaires de la station Mazagan, les travaux de construction de la cité balnéaire seront en principe lancés d’ici la fin de l’année. La société d’aménagement de la station balnéaire internationale d’El Haouzia est la Samaz. «Le projet est sur la rampe de lancement», indiquent les responsables. Dans les jours à venir, la constitution d’un comité de suivi local de la station Mazagan est annoncée. Ce dernier sera composé de représentants du ministère du Tourisme, de la province, de l’Onep (Office national de l’eau potable), de l’ONE (Office national de l’électricité), de la Radeej (Régie autonome de distribution de l’eau et de l’électricité d’El Jadida), de la direction des équipements et des Eaux et Forêts. Son objectif est l’aménagement des infrastructures «hors site» de la station. Des investissements de plus de 100 millions DH et qui portent sur le développement des routes, du réseau d’eau potable et d’électricité et des branchements téléphoniques. Les autorisations de lotir devraient être délivrées au niveau local dans les semaines à venir. Par ailleurs, la région d’El Jadida entame son processus de mise à niveau. Celui-ci concerne non seulement la capitale des Doukkala mais aussi l’arrière-pays. «De fait, des études ont été entamées par le ministère et la province pour répertorier l’ensemble des potentialités touristiques de la région», explique Noureddine Sridi, délégué provincial du tourisme. L’objectif est d’assurer le succès de la station Mazagan. «Un nombre considérable de touristes est attendu dans la région», ajoute Sridi. Et c’est pourquoi il devient impératif de préparer les conditions d’accueil dans les villes d’Azemmour, Oualidia et d’autres sites. Les missions du comité se pencheront également sur la promotion du tourisme rural. Un projet mené en partenariat avec la région française Nord-Pas-de-Calais. Dans ce sens, de nouvelles niches ont été identifiées. Il s’agit des sites des Tazotas et de la Casbah de Boulaouane. La fauconnerie est aussi au programme. «La région Nord-Pas-de-Calais va contribuer techniquement et financièrement pour la mise à niveau de ces trois niches comme produit touristique rural dans l’arrière-pays», explique Sridi. Les modalités de financement et le montage technique des opérations à entreprendre sont à l’étude. Ces actions seront inscrites dans le programme Initiative nationale de développement humain (INDH). D’autre part, et dans le cadre du plan Biladi, El Jadida a été sélectionnée par le ministère du Tourisme parmi les villes pilotes pour développer une station balnéaire dédiée aux touristes nationaux. Des visites de prospection ont été effectuées, et des recherches sont en cours pour sélectionner le site le mieux adapté aux besoins des Marocains. «Ce qui n’empêchera pas les étrangers d’en profiter», indique-t-on. Déjà, des délégations ont visité des stations balnéaires comme Sidi Abed, Bounaîme, Sidi Moussa ou encore le site de Lalla Aïcha Bahria.Représentant un investissement de 6,3 milliards de DH, le projet de la station Mazaga est mené par le groupement composé de «Kerzner Investments Morocco Limited, la Société Maroc Emirats arabes unis de développement (SOMED), la Caisse de dépôt et de gestion (GDG), la Mutuelle agricole marocaine d’assurance (MAMDA) et la Mutuelle centrale marocaine d’assurance (MCMA)». Le premier coup de pioche est prévu pour décembre prochain et le chantier sera achevé fin 2008. Au programme, la création de 1.000 lits, un golf de 18 trous, un centre de congrès et d’animation. Pour la réalisation de ce mégaprojet, le chef de file du consortium a procédé à la création de sa filiale marocaine dénommée «Kerzner Investments Morocco Limited». Cette dernière a officialisé l’introduction de la société émiratie Istithmar PSJC dans son tour de table. Et ce, à travers sa filiale Nakheel Hotels and Resorts LLC. A noter que cette dernière est chargée des projets de développement de l’île touristique artificielle de Dubaï. Mohamed Ramdani

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc