×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Stabilité financière: Le Maroc dans le top 20

Par L'Economiste | Edition N°:3399 Le 05/11/2010 | Partager

. Le WEF publie un rapport sur l’Indice du développement financier. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni toujours en têteLe Maroc est un bon modèle en matière de stabilité financière. C’est ce qui ressort de la 3e édition annuelle du Rapport sur le développement financier (The Financial Development Report) publié, le jeudi 4 novembre, par le World Economic Forum (WEF). Classé 16e en matière de stabilité financière, le Royaume est cité sur ce «pilier» aux côtés de pays comme la Malaisie, le Chili, le Brésil, la Slovaquie, le Mexique, la Chine et le Pérou. Sur le volet de la stabilité du système bancaire, le Maroc fait mieux en se classant 5e sur l’index du stress financier et 7e sur l’indicateur de vulnérabilité externe. Le rapport analyse 57 systèmes financiers et marchés des capitaux dans le monde. Le classement repose sur plus de 120 variables couvrant les environnements institutionnels et d’affaires, la stabilité financière, ainsi que la taille et la profondeur des marchés des capitaux, entre autres. Le Maroc, qui vient d’intégrer cette année ce classement du WEF, se place au 41e rang en 2010 avec un score de 3,20. Par piliers, le Royaume est classé respectivement 49e et 41e pour les environnements institutionnels et d’affaires. Il se positionne au 16 e rang par rapport à la stabilité financière avec un score de 4,95. Ce bon comportement est dû aux mesures entreprises par le Maroc pour faire face aux répercussions de la crise économique mondiale. Il est au 45e rang pour le pilier «accès à la finance». La Tunisie ou encore l’Algérie ne sont pas dans ce classement. En revanche, d’autres pays arabes figurent plus bas dans le classement. Il s’agit notamment des Emirats arabes unis (21e en 2010), le Bahreïn (23e), l’Arabie saoudite (26e), le Koweït (28e) ou encore la Jordanie (29e). Au niveau mondial, les Etats-Unis et le Royaume-Uni parviennent à se maintenir en première et deuxième positions malgré la stagnation, voire la dégradation de leurs résultats dans le rapport. La faiblesse des résultats obtenus pour la stabilité financière dans ces deux pays semble avoir eu un impact plus important sur le Royaume-Uni. Les centres financiers asiatiques de Hong Kong et de Singapour se sont rapprochés des deux chefs de file, ayant enregistré une légère amélioration de leurs résultats qui les place aux 3e et 4e rangs respectivement. La robustesse de leurs environnements institutionnels et d’affaires ainsi que la grande stabilité de leur système financier leur ont en effet valu des notes élevées.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc